«

»

Jan 30

Ogier : « Ce Monte-Carlo fut un challenge énorme »

L’équipage vainqueur de la première manche de l’année WRC explique la dificulté de gérer les conditions de piste ainsi que le changement de notes en plein rallye

Sébastien Ogier et Julien Ingrassia (M-Sport Ford) - photo © Gregory Lenormand - DPPIComme ces quatre dernières années, Sébastien Ogier (M-Sport Ford) a débuté la saison de WRC de la meilleure des manières, en remportant le trophée de vainqueur du rallye Monte-Carlo.

Malgré une embardée vendredi, le Gapençais a pu ensuite contrôler son avance sur la Toyota de Ott Tänak et Martin Järveoja.

En compagnie de Julien Ingrassia, Sébastien Ogier se montrait évidemment souriant en conférence de presse. « Ce Monte-Carlo fut un challenge énorme. Nous savions que ce serait difficile. Ott s’est montré très coriace et cette victoire me permet de démarrer l’année d’une façon idéale. »

Les conditions de piste, si particulières dans le sud de la France, sont venus pimenter l’épreuve. « Je n’ai jamais eu autant de mal à bien choisir les pneus. Ce n’était jamais évident avec la météo qui variait sans cesse », explique le porteur du numéro 1.

« C’est bien d’avoir commis moins d’erreurs que mes adversaires ; c’était quasiment impossible de réaliser un week-end parfait et nous avons d’ailleurs fauté vendredi, mais les conséquences furent minimes. » Les spéciales du samedi matin, disputées sur une chaussée enneigée, ont été compliquées à négocier. « Sans aucun doute, l’une des spéciales les plus dures de ma carrière.

Ce n’était guère plaisant à conduire. Il fallait survivre. À l’arrivée de la spéciale, vous êtes tellement soulagé d’en avoir terminé, mais vous n’avez aucune idée de votre chrono, si vous êtes une minute plus ou moins rapide que le reste. C’était surprenant de voir la minute d’avance prise sur Ott à ce moment-là. Ensuite, j’ai pu gérer l’écart, même si ce n’était jamais simple. »

Lors de la dernière étape, le pilote M-Sport Ford aurait pu décompresser vers les derniers kilomètres. « Je m’attendais à ce que ça soit plus facile, mais on m’a annoncé au réveil que le col du Turini était recouvert de glace et de gel. C’était compliqué jusqu’à la fin. »

Julien Ingrassia a également une importante part de responsabilité dans ce succès. Le copilote a dû adapter son travail en fonction du revêtement changeant entre les reconnaissances et le rallye.

« Ce n’est pas très confortable de prendre des notes en  »reco » et d’avoir ensuite à lire des notes totalement différentes en action. Vous mémorisez certaines notes et ensuite elles n’ont plus rien à voir. J’ai réalisé que parfois je ne faisais que lire au lieu d’analyser ce que j’énonçais dans l’habitacle. Il y avait beaucoup de changements de rythmes, aussi cela fait du bien de voir que le pilote garde sa confiance auprès du copilote. »

Enfin avant de conclure la conférence de presse, les anciens équipiers chez M-Sport (en 2017) Sébastien Ogier et Ott Tänak se sont livrés à un petit jeu d’intimidation. Ott Tänak reconnaissaitît avec aplomb : « L’objectif est clairement le Championnat.» « C’est beau d’avoir des rêves », lui a rétorqué le Français.

Découvrez le compte-rendu complet et l’analyse du Rallye Monte-Carlo, réalisés par nos envoyés spéciaux, dans le n°2150 d’AUTOhebdo, disponible dès ce soir en version numérique et dès ce mercredi en kiosques.

source: Autohebdo.fr – Medhi Casaurang-Vergez (photo © Gregory Lenormand / DPPI)

Share