«

»

Jan 20

Todt veut remettre en cause un privilège historique de Ferrari

Une nouvelle hache de guerre déterrée

2017-07-28_0032Ferrari dispose de nombreux privilèges pour son engagement en F1, dont la possibilité de poser un veto à l’encontre de toute évolution du règlement technique.

Récemment, lors d’une réunion du Groupe Stratégie cette semaine, Ferrari aurait menacé d’employer une telle arme contre la proposition de Ross Brawn d’introduire un design simplifié pour les ailerons avants.

La proposition du manager des sports mécaniques de Liberty Media aurait dû être dès lors abandonnée. Déjà en 2015, Ferrari avait mis son veto à une proposition de la FIA voulant réduire le coût des fournitures des V6.

Cependant, depuis l’arrivée de Liberty Media, un vent d’équité souffle sur la F1. L’heure est à la remise en cause des privilèges historiques.

Jean Todt – que l’on imagine soutenu par Liberty Media – a aujourd’hui jeté un pavé dans la mare en visant son ancienne écurie.

« Cela fait des décennies que Ferrari dispose de ce que l’on nomme un droit de veto » a déclaré le président de la FIA.

« Quand nous allons discuter de la reconduction des accords Concorde [qui expirent fin 2020], cela fait partie des choses qui seront discutées » a annoncé le Français.

Sergio Marchionne, le patron de Fiat, a plusieurs fois brandi la menace d’un retrait de la F1 de Ferrari. La proposition de Jean Todt ne risque donc pas d’apaiser les tensions entre la Scuderia et la discipline reine. Pour autant, dans cette rude négociation qui s’annonce, Jean Todt n’entend pas faiblir. La partie de poker menteur commence…

« Est-ce que j’ai peur de voir Mercedes ou Ferrari partir ? C’est leur choix. Ce qui est certain c’est que nous voulons que tout le monde reste. Mais bien sûr, Ferrari est l’une des marques iconiques du sport. C’est une entreprise, une équipe, qui a participé à chaque championnat depuis la création de la F1. »

« Donc je ne veux pas voir Ferrari partir. Je ne sais pas si ce serait une bonne chose pour Ferrari de quitter la F1, parce que c’est une marque unique, parce qu’elle vend des voitures de sport qui sont des voitures conçues pour la course. »

« Je pense que ce serait douloureux pour Ferrari de ne plus être en F1. Mais ce n’est plus de ma responsabilité. »

source: http://nextgen-auto.com

Share