«

»

Jan 16

Dakar : Peterhansel sonne la charge, Al-Attiyah encore retardé

L’équipage de la Peugeot n°300 a dominé les débats malgré une navigation difficile

Stéphane Peterhansel et Jean-Paul Cottret - étape 10 - Dakar 2018 - photo DPPIPour le Qatari, les ennuis se poursuivent mais il reste sur le podium virtuel.

Après un repos forcé d’une journée, le Dakar 2018 est pleinement entré en territoire argentin entre Salta et Belén mardi. La dixième étape du rallye-raid proposait 795 kilomètres dont 372 de portion chronométrée, entre plateau sablonneux et passages de rios pour les 227 véhicules encore en course (68% des concurrents inscrits au départ).

Dakar 2018 - étape 10

Dans cette journée où la navigation avait un rôle crucial, ce sont Stéphane Peterhansel et Jean-Paul Cottret qui se sont montrés les plus rapides. Derrière le volant de son Peugeot 3008 DKR Maxi, le recordman de victoires sur l’épreuve (13 succès) s’est peu à peu détaché à l’avant de la course.

Ex-aequo avec Nasser AL-Attiyah et Matthieu Baumel (Toyota) au premier point intermédiaire, le duo français a ensuite fait la différence. Malgré un way-point oublié en cours de route (à l’instar de Sainz-Cruz), les organisateurs ont validé sa victoire d’étape.

Fidèle à son rôle de porteur d’eau sur la seconde partie de la course, Cyril Despres, parti devant Sainz-Cruz, a volontairement ralenti après cinq kilomètres, dans le but de protéger les arrières des Espagnols. L’ancien vainqueur en catégorie moto, navigué pour la dernière année par David Castera, finit à plus de 20 minutes des vainqueurs.

Le soutien de Despres-Castera n’a semble-t-il guère aidé Carlos Sainz. L’ex-rallyman n’a jamais été dans le rythme des meilleurs ; après le premier tronçon d’étape, le retard sur le buggy jaune de Peterhansel-Cottret s’élevait déjà à 12 minutes et 47 secondes. Au moment de franchir l’ultime cellule de chronométrage, le débours grimpait à 13 minutes et 7 secondes.

Il faut se garder des conclusions hâtives, mais ça ne semble pas être une édition inoubliable pour Nasser Al-Attiyah et Matthieu Baumel. Revenus sur le podium virtuel dimanche, ils perdent tout le bénéfice mardi avec 29 minutes perdus dans la nature. La Toyota de Giniel de Villiers et Dirk von Zitzewitz réalise en revanche l’une de ses plus belles journées, avec le deuxième temps (+8’46’’). Insuffisant néanmoins pour devenir leader des 4×4 nippons, car Al-Attiyah-Baumel préservent leur 3e place au général (+1 heure 12 minutes et 46 secondes).

Au classement général, Stéphane Peterhansel et Jean-Paul Cottret réduisent leur retard à 50 minutes et 35 secondes.

Tout peut se produire dans ce Dakar riche en rebondissements, d’autant plus que l’étape de mercredi est tracée dans les dunes ultra-techniques de Fiambala (Argentine).

Un terrain qui convient à « Monsieur Dakar », lequel avait effectué un récital en 2016.

Classement

source: Autohebdo.fr ( photo @ DPPI )

Share