«

»

Jan 02

Dakar : Sébastien Loeb « L’année ou jamais »

Loeb n’a qu’un objectif sur cette édition 2018 du Dakar : la victoire, après avoir frôlé l’exploit l’an passé

Sébastien Loeb - Dakar 3008 DKR - photo © DPPI E. VargioluA quelques jours d’aborder le Dakar 2018, le clan Peugeot Sport fait figure de favori logique avec son 3008 DKR, aligné en version Maxi.

La marque française, qui mettra un terme à son programme après le rallye-raid sud-américain après avoir remporté les trois dernières éditions, voudra ainsi conclure cette aventure en beauté.

Si Stéphane Peterhansel pourrait décrocher une quatorzième victoire (une huitième en voiture), les regards seront notamment braqués sur Sébastien Loeb. Le nonuple champion du monde des rallyes, qui retrouvera le WRC avec Citroën cette année, vise à s’imposer enfin sur le Dakar.

L’Alsacien avait été proche de l’emporter l’an passé, avant d’être freiné en fin de course par une crevaison et de terminer deuxième derrière Peterhansel. « Pour moi, c’est un peu l’année ou jamais pour la victoire, avoue Loeb.

C’est ma dernière opportunité de l’emporter. L’an dernier, nous avons vu que nous avions la capacité de gagner. Daniel (Elena) avait fait du bon boulot au niveau de la navigation. C’est motivant. Nous savons que nous pouvons le faire et j’y vais avec l’objectif de gagner, c’est sûr. »

Un terrain moins avantageux ?

Sébastien Loeb s’était montré le plus performant en 2017 avec cinq victoires de spéciales. Le parcours 2018 passera notamment par plusieurs secteurs de dunes qui pourraient toutefois ne pas avantager le pilote français.

« Il y a plein de paramètres qui rentrent en jeu sur un Dakar, poursuit Loeb. C’est long et tu as vite fait de tout perdre pour pas grand chose surtout avec le retour en force des dunes. C’est positif pour le rallye par rapport à l’image que les gens se font du rallye-raid. En revanche, c’est un type de terrain sur lequel je n’ai pas énormément d’expérience.

C’est clairement un parcours qui n’est pas en ma faveur. Pour ce qui est de la voiture, elle est plus stable, plus agréable à conduire, mieux amortie. Elle nous donne plus confiance et nous pouvons donc attaquer un peu plus fort. »

source: Autohebdo.fr – Pierre Tassel

Share