«

»

Déc 21

Williams s’apprête à ternir définitivement son image de marque

Elle réfléchit à engager trois pilotes payants en 2018

05 - Williams Martini Racing Williams est donc la seule équipe à ne pas avoir annoncé ses deux pilotes pour 2018.

La direction de Williams semble traîner à prendre cette décision car elle n’arrive pas à décider qui de Robert Kubica ou Sergey Sirotkin sera l’équipier de Lance Stroll l’année prochaine.

Le premier présente des séquelles de son énorme accident de rallye subi en février 2011 tandis que le deuxième n’offre pas de garantie de résultats en conditions de course, malgré des essais dont on dit qu’ils ont été convaincants à Abu Dhabi.

Dès lors, Williams a des difficultés à jauger la performance de ses deux candidats et intègre à sa réflexion l’aspect financier, indispensable pour une équipe qui a eu des difficultés à développer sa monoplace en 2017 à cause d’un manque de fonds.

Pour Sirotkin, le budget de 10 millions de dollars offert à Williams s’est transformé en une enveloppe de 15 millions grâce au soutien de Boris Rotenberg, fondateur et patron de la banque SMP et magnat russe du gaz. Cet argent comblerait le trou creusé par la location du moteur Mercedes pour l’année et il se murmure que Rotenberg ferait monter les enchères à 22 millions si besoin.

De l’autre côté, Robert Kubica proposait entre 10 et 11 millions de dollars pour la saison complète. Voyant qu’il était loin du budget de Sirotkin, les managers de Kubica ont décidé de proposer à Williams une enveloppe de 7 millions de dollars et un contrat pour 7 courses !

De ce fait, Williams toucherait de l’argent à hauteur d’un million de dollar par course jusqu’à Montréal et déciderait ensuite de conserver Kubica ou non, sur des critères que ses managers espèrent sportifs.

Cela pourrait poser un premier problème, puisqu’il faudrait définir conjointement entre Kubica et l’équipe les critères de poursuite de leur collaboration après cette période d’essai géante.

S’il venait à décevoir, Williams serait alors autorisée à jeter son dévolu sur Sirotkin pour les deux tiers de saison restants, puisque la saison comportera 21 courses. On peut alors penser que le Russe et ses soutiens offriraient deux tiers du budget initial, soit 10 millions de dollars au moins.

Un tel assemblage financier permettrait à Williams de toucher un minimum de 17 millions de dollars grâce à son deuxième baquet, ce qui serait la meilleure solution d’un point de vue financier.

Néanmoins, il est permis de se demander ce qu’il resterait de l’image de l’équipe si elle venait à faire ce choix consciemment, puisqu’elle y réfléchit actuellement.

En effet, malgré son glorieux passé, Williams deviendrait alors une équipe qui aligne trois pilotes payants en une saison et rejoindrait une liste qui comporte, dans l’histoire la plus récente, HRT, Manor ou Caterham.

Les équipes citées ci-dessus réussissaient à aligner des pilotes tels que Kamui Kobayashi, Vitantonio Liuzzi, Pedro De La Rosa ou Jules Bianchi, ce qui n’a rien à envier aux pilotes que prévoit d’aligner Williams l’an prochain.

Les trois hommes ne sont pas mauvais, loin de là, mais il est logique de se poser la question des ambitions sportives quand elle souhaite engager deux pilotes dont on ne connaît pas les capacités actuelles en course, aux côtés d’un pilote qui a eu des difficultés à progresser en termes de rythme tout au long de la saison 2017.

Si Williams vient à faire ce choix pour la saison 2018, il ne faudra pas que ses dirigeants s’étonnent de l’image qui lui collera ensuite à la peau. Car malgré l’utilisation du meilleur moteur du plateau et le recrutement de l’ancien directeur technique de Mercedes, Paddy Lowe, il lui faudra aussi des pilotes au niveau pour lutter contre les duos alignés par Force India, McLaren ou Renault.

Enfin, il est impossible pour l’équipe de ne pas s’alarmer des liens étroits entre les soutiens de Sirotkin et Vladimir Poutine, ce qui ferait de l’un de ses principaux mécènes un allié pas franchement recommandable. Un autre cas de figure qui ferait un peu plus vaciller l’image de Williams.

source: http://nextgen-auto.com

Share