«

»

Déc 13

Tost : Kvyat « voulait trop en faire, et cherchait le succès par tous les moyens »

Le Team principal de Toro Rosso explique l’éviction de Daniil Kvyat par un manque de prudence dans les premiers mètres de course

Franz Tost et Daniil Kvyat  - source Frederic Le Floc'h - DPPIMais il ne doute pas de son avenir en F1.

En 2017, Toro Rosso souhaitait entrer dans le top 5 des meilleures écuries de Formule 1. L’objectif n’a pas été concrétisé, et pour ne rien arranger, le duel avec Renault a également été perdu lors de la dernière manche à Abou Dhabi.

La 7e place au classement des Constructeurs n’est ainsi pas de nature à contenter Franz Tost, le Team principal de la formation italienne.

Selon le patron de Toro Rosso, le manque de stabilité dans l’identité des pilotes explique la baisse de régime en seconde moitié de saison. Seulement un point a été marqué à Austin (Texas) dans les six dernières épreuves, par le titulaire devenu remplaçant Daniil Kvyat.

« Nous avons eu une très bonne entame de saison, nous étions 5e au classement général, ou très proches, confie-t-il au site officiel de la F1. Puis, nous n’étions pas aussi compétitifs qu’espéré, pour différentes raisons, la principale étant le départ de Carlos Sainz Jr (après le Japon). Cela ne nous a pas du tout aidés. »

« Nous avons remarqué chez les autres écuries qu’une certaine idée de stabilité est nécessaire pour être victorieux. C’est un luxe que nous n’avons jamais eu. Changer les deux pilotes en cours d’année est dur à accepter (Daniil Kvyat ayant été remercié après un accident à Singapour), et a eu d’importantes conséquences sur la performance de l’équipe.

Cependant, le transfert de Carlos vers Renault faisait partie du contrat passé avec le motoriste. Nous avions un contrat tout ce qu’il y a de valide avec Renault pour 2018 et en guise de compensation nous devions leur donner Carlos si nous sortions du contrat. Vous voyez, vous ne pouvez pas tout avoir dans la vie », analyse Franz Tost.

Quant à Daniil Kvyat, ses derniers mois ont été plus que mouvementés. Redescendu chez Toro Rosso au printemps 2016, le Russe a été évincé de l’équipe en septembre dernier, avant d’être rappelé pour un one-shot aux Etats-Unis.

Malgré une arrivée dans les points, les pontes de l’écurie soeur de Red Bull décidèrent de se séparer définitivement de lui. En bon diplomate, Franz Tost reste « convaincu de la vitesse naturelle de Daniil ».

« Il était parfois plus rapide que Daniel Ricciardo lors de sa période Red Bull, mais d’une façon ou d’une autre il n’a pas démontré son potentiel cette année. Il a été impliqué dans beaucoup d’incidents, mais pour sa défense je dois reconnaître qu’il a eu de nombreux soucis de fiabilité. Cela ne l’a pas aidé à construire sa confiance. »

Le point faible de Daniil Kvyat fut sa propension à anéantir sa course, voire celle de ses adversaires, dès les premiers virages. « Il s’est montré quelques fois trop agressif en début de course.

Le premier freinage était son point négatif. Il voulait trop en faire, et cherchait le succès par tous les moyens ! Il s’est de fait retrouvé sous pression, un stress inutile, et ça ne fonctionne jamais comme ça. »

Franz Tost propose même une pause pour aider son ancien protégé à se remobiliser. « Nous verrons probablement Daniil de retour à son vrai niveau de performance avec une autre formation. J’espère pour lui qu’il aura une nouvelle chance, car je crois qu’il mérite d’être en F1. »

Le Russe pourrait alors suivre une trajectoire similaire à Brendon Hartley ; couvé par Red Bull dans ses jeunes années, le Néo-Zélandais avait perdu le soutien du taureau rouge, avant de gagner en maturité en Championnat du monde d’endurance (WEC).

« Brendon a toujours été véloce, et il est de retour parmi nous à l’âge de 28 ans. Quelque chose de similaire pourrait bien se produire concernant Daniil », conclut Franz Tost.

source: Autohebdo.fr – Medhi Casaurang-Vergez (photo @ Frederic Le Floc’h / DPPI)

Share