«

»

Déc 03

Whiting ne pense pas que les voitures posent problème pour le spectacle

Certains ont simplement fait un meilleur travail

2017-06-09-13-42-11_1232Le premier objectif de la FIA et de la FOM était de rendre les monoplaces de F1 plus difficiles à piloter.

Le sentiment global qui s’en dégageait était une certaine facilité à piloter qui ne convenait pas pour la discipline censée être le pinacle du sport automobile.

« C’était le plus gros changement depuis pas mal de temps et les objectifs que nous avions fixés ont été globalement accomplis » se félicite Charlie Whiting, directeur de course.

« Ces objectifs étaient de rendre les monoplaces plus physiques à piloter, plus jolies, plus rapides, et à vrai dire les plus rapides depuis longtemps ».

« Elles sont très physiques dans les virages rapides puisqu’ils montent jusqu’à 6G, ce qui est assez énorme je dirais. Les pilotes les aiment et elles sont vraiment plus jolies. Toutes ces choses ont été accomplies à divers degrés selon le type de circuit ».

Il y a eu plusieurs incidents en piste, comme à chaque saison, mais la tendance a été à des difficultés à se suivre de près, malgré quelques jolis dépassements. Pour Charlie Whiting, cela n’est pas un problème.

« Je ne pense pas que les voitures soient le problème » explique l’Anglais. « Nous avons vu beaucoup de batailles en piste même si les pilotes disent que les voitures ont plus de difficultés à se suivre, il y a quand même eu des luttes roue contre roue. Le plus gros problème est d’avoir clairement trois grosses équipes, si l’on peut les appeler comme ça, qui sont plus rapides que le reste ».

« Dans un monde idéal, on voudrait que tout le peloton soit rapproché. Quand on regarde les temps, un dixième vaut trois places au milieu de grille. Nous avons vu des batailles proches entre Force India, Renault et les autres.

Je ne pense pas que le spectacle ait été mauvais, certains ont simplement fait un meilleur travail que d’autres. Ce n’est pas nouveau et ce n’est pas la faute des voitures ».

Pour lui, c’est la stabilité du règlement qui fera converger les performances : « C’est certain que voir une seconde d’écart entre les équipes de pointe et le reste du peloton n’est pas encourageant. C’est très dur à trouver pour remonter, mais je suis sûr que les écarts se resserreront l’an prochain ».

source: http://nextgen-auto.com

Share