«

»

Nov 07

Formula 1 Grande Prêmio Heineken do Brasil 2017

45e édition, 35e présentée à São Paulo, la plus grande ville du pays 

Grand Prix du Brésil - © DPPI - Frédéric Le FlochLa 19e et avant-dernière manche du Championnat du monde de Formule 1 de la FIA 2017

10, 11 et 12 novembre 2017

Qualifications : samedi 11 novembre, 14 h, heure locale; en direct à RDS à 10 h 45; à TSN 5 à 10 h; à TSN 4 à 10 h 55.
Course : dimanche 12 novembre, 14 h, heure locale; avant-course en direct à RDS à compter de 10 h 30; avant-course en direct à TSN 2 à 9 h 30;  rediffusion à RDS, lundi à 14 h 30.

Autódromo José Carlos Pace, 4,309 km, 15 virages, deux zones DRS

71 tours pour 305,909 km, record du tour : 1:11,473 par Juan Pablo Montoya (Williams) 2004

Résultats de 2016 :

Première ligne de la grille : Lewis Hamilton (Mercedes) 1:10,736                                Nico Rosberg (Mercedes) 1:10,838

Course : 1. Lewis Hamilton (Mercedes)  2. Nico Rosberg (Mercedes) 3. Max Verstappen (Red Bull Tag Heuer)

Meilleur tour : Max Verstappen (Red Bull Tag Heuer) 1:25,305

À propos du Grand Prix du Brésil :

La Formule 1 visite le Brésil sans interruption depuis 1973. Les cinq premières éditions du Grand Prix furent disputées là où, ce week-end, on présentera la 35e édition.

Après une année sur le tracé de Jacarepagua à Rio de Janeiro (1978), il revint à São Paulo l’année suivante avant une seconde séquence de neuf ans à Rio et un retour définitif à São Paulo en 1990. Jacarepagua a été détruit en 2013 pour faire place à des installations des Jeux olympiques d’été de 2016.- Le tracé de São Paulo, porteur depuis 1977 du nom du pilote brésilien José Carlos Pace (mort accidentellement à 32 ans dans un écrasement d’avion), a d’abord été un serpentin long d’un peu moins de huit kilomètres confiné dans un espace restreint. On y comptait plus de vingt virages.

À compter de 1990, dans le même espace, on dégagea les lieux pour redessiner le parcours et présenter une version réduite à 4,325 kilomètres et quinze virages, lequel est demeuré le même depuis. Pace avait remporté son Grand Prix national en 1975. Le circuit aussi appelé Interlagos, du nom du quartier de la mégapole brésilienne où il est localisé, est caractérisé par son écart de 43 mètres entre la cuvette du virage numéro 5 et le point le plus élevé au virage numéro 1, après une spectaculaire et rapide remontée dans les virages 14 et 15 et à travers la ligne d’arrivée avant de culminer entre les virages 1 et 2.

Les trois Champions du monde brésiliens (Fittipaldi, Piquet, Senna) ont remporté leur Grand Prix national à deux reprises chacun. Un autre pilote originaire de São Paulo, Felipe Massa, y compte aussi deux succès.

Cependant, lors de sa victoire en 2008, il fut frustré au dernier tour par Lewis Hamilton d’un titre mondial. Après que Timo Glock fut contraint de céder sa 4e place à Vettel et la 5e à Hamilton, le Brésilien voyait le championnat glisser vers le Britannique, alors avec McLaren.

Massa avait connu un week-end parfait devant les siens avec la pole position, le meilleur tour en course et la victoire. Il perdit le titre par un petit point. Le grand cauchemar des amateurs brésiliens fut sans contredit l’incapacité pour Rubens Barrichello de remporter une victoire, et ce, en dix-neuf départs.

Surtout qu’à compter de 1995, après le décès de Senna, tous les regards se reportèrent sur lui. Barrichello obtint la pole à trois reprises, partit en 1re ligne quatre fois et obtint une fois la 3e place. Au Brésil, il se vit contraint d’abandonner à onze reprises. Avec le départ à la retraite de Felipe Massa maintenant confirmé, les Brésiliens pourraient bien se retrouver pour la 1re fois l’an prochain sans fils du pays sur la ligne de départ de leur Grand Prix national.

Le pays a déjà vu à cinq reprises quatre de ses pilotes en piste au même moment, mais après deux participants l’an passé (Felipe Nasr), un seul y sera ce week-end. Le grand maître des pole-positions jusqu’à cette année, Ayrton Senna, a réussi l’exploit à six reprises au Brésil. Son grand rival, Alain Prost, y a signé autant de victoires, deux de plus que Michael Schumacher.

McLaren devance Ferrari avec douze victoires contre dix. McLaren mène aussi pour les pole positions avec onze, une de plus que Williams.

Quelques anniversaires :

10 novembre : Le nouveau-venu Néo-Zélandais, Brandon Hartley, célébrera ce vendredi son 28e anniversaire de naissance.

12 novembre : George Eaton de la célèbre famille de commerçants, qui fut le premier Canadien à disposer d’un volant régulier en F1 (1970 avec BRM) et qui a disputé onze Grands Prix, célèbre son 75e anniversaire de naissance.

13 novembre : En 1994 dans la controverse, premier titre de Michael Schumacher sur le tracé de rue d’Adelaïde, en Australie. Un accrochage avec Damon Hill avait forcé Schumi à l’abandon, tout comme le Britannique peu après. L’Allemand avait ainsi conclu la saison avec une avance d’un petit point sur Hill.

14 novembre : En 2010 à Abou Dhabi, dernier rendez-vous de la saison, premier titre de Sebastian Vettel qui, en l’emportant, avait mis fin aux espoirs d’Alonso, Webber et Hamilton d’être couronnés.

Lance Stroll, une première saison qui ressemble à celle de Max Verstappen :

Depuis 2010 et le premier recours à l’actuel système de pointage, une seule recrue a fait mieux que le jeune Canadien à sa première saison : Max Verstappen qui, en 2015 chez Toro Rosso, avait récolté quarante-six points, six de moins que l’actuel total de Stroll qui dispose de deux autres épreuves pour égaler ou dépasser le compte du Néerlandais.
Max avait inscrit des points lors de dix épreuves, une marque que le pilote Williams ne pourra cependant égaler puisqu’il a terminé « dans les points » sept fois jusqu’à maintenant cette saison.

Une 9e place pour Lewis… chose rare :

Bien qu’il ait dû abandonner à sept reprises depuis 2014, Lewis Hamilton n’avait jamais terminé une épreuve aussi loin que la 9e place, comme à Mexico, depuis le 24 novembre 2013, au Brésil.
Sans aucun abandon jusqu’à maintenant cette année, son pire résultat avait été une 7e place à Monaco. Depuis cette 9e de novembre 2013, il a inscrit quarante victoires et est apparu au podium à soixante-deux reprises.

Kimi avec Schumacher et juste derrière Prost :

Le Finlandais qui connaît une saison de déjà six podiums, dont sa 3e place au Mexique, en compte maintenant quatre-vingt-dix en carrière. Il est désormais 6e, derrière Alonso et Vettel, quatrièmes avec quatre-vingt dix-sept. C’était la première fois que Kimi était d’une cérémonie protocolaire au pays des mariachis.
Il s’agissait ainsi d’un 25e Grand Prix et d’un 28e circuit différent. Pour surpasser le meneur Michael Schumacher avec un podium lors d’un 26e Grand Prix différent, il devra attendre 2018 et l’Azerbaïdjan.
Puis, pour égaler la marque d’Alain Prost avec le podium d’un 29e circuit différent, l’an prochain, il y aura Bakou de même que Paul-Ricard où reviendra le Grand Prix de France, en juin.

Renault au 8e rang de l’histoire :

La firme française qui est venue, partie, revenue, repartie et enfin revenue pour des séquences de neuf, dix et deux saisons en sera au Brésil à son 340e Grand Prix, rejoignant Minardi au 9e rang de l’histoire.
Esteban Ocon pousuit :

Le jeune Français, 5e à Mexico, poursuit sa séquence de course complétée. Après avoir rejoint Nico Rosberg avec vingt-sept courses complétées consécutivement, il aura la chance au Brésil de passer seul au 4e rang et se rapprocher ainsi de Fernando Alonso au 3e rang.

50 ans de F1 au Canada… Saviez-vous que?

Dans chaque bulletin de la saison 2017, nous vous présentons des statistiques portant sur l’histoire de notre Grand Prix du Canada. Depuis 1967 au Canada, à vingt-deux reprises, le pilote détenteur de la pole position a aussi complété son séjour chez nous cette année-là avec une victoire.

Quinze pilotes ont réussi : Lewis Hamilton en cinq occasions, Michael Schumacher à trois reprises et Ayrton Senna, deux fois. Alonso, Arnoux, Fittipaldi, Damon Hill, Hunt, Ickx, Jones, Mansell, Piquet, Prost, Stewart et Vettel affichent aussi une réussite chacun.

Réserver ses places pour 2018 : Tous les amateurs qui souhaitent assister à l’édition 2018 du Formula 1 Grand Prix du Canada, les 8, 9 et 10 juin 2018, qu’ils aient été présents ou non en 2017, peuvent désormais commander leurs places dans la tribune de leur choix ou en admission générale.

On peut effectuer directement les commandes sur le site Web de l’événement au www.gpcanada.ca ou en composant le 514 350-0000, tous les jours de la semaine, entre 8 h et 20 h.

source: Formula 1 Grand Prix du Canada

Share