«

»

Oct 31

Hamilton : « Cette bataille avec Vettel est cool ! »

Le quadruple champion du monde apprécie la rivalité d’une écurie adverse et s’évertue à rester « positif »

Vettel et Hamilton (Mercedes)  à Suzuka  photo CLÉMENT MARIN - DPPISebastian Vettel (Ferrari) et Lewis Hamilton (Mercedes) se félicitent après les qualifs à Suzuka (Japon)

Même s’il reste encore deux manches à disputer dans le championnat du monde de Formule 1 (au Brésil et à Abou Dhabi), Lewis Hamilton (Mercedes) dresse une première analyse du combat le liant à Sebastian Vettel (Ferrari).

Depuis l’instauration du nouveau règlement technique en 2014, le Britannique devait gérer la lutte interne avec son équipier Nico Rosberg. Cette fois, l’ancien protégé de McLaren devait repousser les attaques d’une Scuderia Ferrari revancharde.

Malgré quelques actions litigieuses entre les deux hommes (notamment à Bakou ou au départ du Grand Prix du Mexique), Lewis Hamilton refuse de voir ce duel comme une lutte à couteaux tirés, sans respect de l’autre.

« Nous n’avons pas 20 ans, nous avons grandi… Je pense qu’il y a eu certains moments dans la saison où Sebastian a pu ressentir de la colère contre moi, en tout cas plus de colère que j’en ai à son encontre.

Or, j’essaye de rejeter la négativité de ma vie, peu importe ce qui est écrit dans les journaux et les on-dit », explique le quadruple champion du monde, qui s’est « construit une barrière afin de rejeter le négatif car (il) pense que l’amour et un esprit positif vainquent à chaque fois. »

Lewis Hamilton, tout à sa joie de rejoindre Alain Prost et… Sebastian Vettel au palmarès des pilotes les plus couronnés, ne comprend pas les polémiques disséminées dans l’année avec le leader de Ferrari.

« Que les journalistes tentent de monter en épingle ce qu’il s’est produit à Bakou ou même au départ dimanche, ça ne m’importe guère. Je pense que le plus important c’est… la façon dont vous vous relevez de ces péripéties. »

La menace symbolisée par la monoplace rouge a en réalité décuplé sa motivation. « Cette bataille avec Sebastian est cool ! Il a obtenu sa 50e pole samedi, et je me suis dit « Je ne veux pas lui en donner une de plus car il se rapproche de moi » (72 poles, record). C’est la même chose avec le nombre de victoires ou de championnats remportés.

Sebastian est un motif pour ne pas se relâcher. Quand j’ai appris qu’il prolongeait son contrat avec Ferrari pour trois ans, j’ai pensé

« D’accord, nous allons faire en sorte de leur rendre la vie difficile ». En fait, j’attends avec impatience de continuer ce duel dans l’avenir », reconnaissait Lewis Hamilton.

source: Autohebdo.fr – Medhi Casaurang-Vergez (photo Clément Marin DPPI)

Share