«

»

Oct 28

« Le moteur V6 Turbo hybride n’a rien apporté à la F1 » selon Horner

Christian Horner sait défendre ses intérêts

2016-06-10_2991-16-01-05Le Team Principal de Red Bull ne mâche pas ses mots contre la technologie V6 Turbo hybride et voudrait voir le nouveau moteur arriver un an en avance.

À la tête d’une écurie (Red Bull) qui a amassé quatre titres Pilotes et Constructeurs consécutivement lors de l’époque du V8 atmosphérique (2010-2013), le patron de Red Bull n’a jamais été un admirateur du moteur V6 Turbo hybride, et pour cause ; jamais son équipe n’a retrouvé les sommets d’antan avec cette réglementation.

À l’heure où la Formule 1 peaufine l’architecture de son bloc moteur pour 2021, l’ancien pilote de F3000 monte au créneau pour un demi-tour complet. « J’adorerais voir le nouveau moteur débarquer un an plus tôt (en 2020).

À mon avis, le moteur V6 Turbo hybride n’a rien apporté à la discipline, sinon du négatif. Il n’a pas contribué positivement au sport : la sonorité a été supprimé, et la passion avec.

Le moteur est beaucoup trop complexe, trop éloigné des véhicules de série. Ça s’apparente d’une certaine façon à un bloc diesel (dans la promotion d’une technologie qui déçoit finalement les utilisateurs) ; rien n’est positif. Le plus tôt il est remisé, le mieux ça sera », assène Christian Horner.

Mais il ne suffit pas de critiquer pour changer les règles. « Malheureusement, il existe un contrat liant les différents constructeurs et la FIA qui garantit l’utilisation du moteur actuel jusqu’à fin 2020. Je ne pense pas que les marques voudront s’en débarrasser avant cette limite. » Christian Horner ne se prive pas de livrer quelques noms.

« Les équipes de pointe, tels que Mercedes ou Ferrari, n’accepteraient pas d’avancer l’introduction du nouveau moteur… Développer un moteur inédit, cela demande du temps. Mais nous aurons néanmoins ce meeting à Paris lundi prochain et le 7 novembre, où nous discuterons de ce sujet ensemble avec un vote à la fin de la réunion. »

Seule certitude : les coûts de production pour un moteur d’une puissance similaire à 2017 devraient nettement baisser, selon la volonté de l’ensemble des écuries.

source: Autohebdo.fr – Medhi Casaurang-Vergez

Share