«

»

Oct 03

2017 Formula 1 Japanese Grand Prix

16e manche du Championnat du monde de Formule 1 de la FIA 2017 : 6, 7 et 8 octobre 2017

Grand Prix du Japon Suzuka - photo DR33e édition, 29e à Suzuka, au centre de l’île principale japonaise de Honshu. 

Suzuka est évidemment le seul circuit étagé du championnat du monde puisqu’il y a croisement au milieu du parcours, si bien qu’entre le 1er virage au bout de la ligne de départ et le virage 14 où s’amorce la ligne droite et la courbe rapide du second niveau, il existe 40 mètres de dénivelé.

Qualifications : samedi 7 octobre 15 h, heure locale; en direct à RDS à compter de 1 h 45; à TSN 5 à 1 h, à TSN  4 à 1 h 55; en rediffusion à RDS à 7 h 30, en rediffusion à 13 h à RDS 2; à TSN 2 à midi.
Course : dimanche 8 octobre, 14 h, heure locale; avant-course en direct à RDS à compter de minuit 30; en direct à TSN 5 à compter de minuit, à TSN 4 à 0 h 55 ; en rediffusion à 7 h 30 à RDS et 13 h 30 à RDS 2; à 8 h à TSN 3 et à 19 h à TSN2.

Suzuka International Racing Course, 5,807 km, étagé, 18 virages, une zone DRS

53 tours pour 307,471 km, record du tour : 1:31,540 par Kimi Räikkönen (McLaren Mercedes) 2005

Résultats de 2016 :

Première ligne de la grille : Nico Rosberg (Mercedes) 1:30,647 et  Lewis Hamilton (Mercedes) 1:30,660

Course :

1. Nico Rosberg (Mercedes)

2. Max Verstappen (Red Bull Tag Heuer)

3. Lewis Hamilton (Mercedes)

Meilleur tour : Sebastian Vettel (Ferrari) 1:35,118

À propos du Grand Prix du Japon :

Une manche du championnat du monde a été disputée pour la première fois au Japon en 1976, sur le tracé aménagé au pied du Mont Fuji qui à l’époque, ne comptait que sept virages.

On y retourna l’année suivante, puis il fallut attendre 1987 pour qu’un Grand Prix du Japon (cette fois à Suzuka) soit à nouveau inscrit au calendrier. La manche japonaise est retournée au Mont Fuji en 2007 et 2008 sur un circuit largement modifié. Le pays du soleil levant a aussi accueilli en 1994 et 1995 sur le très court tracé d’Aida, un Grand Prix du Pacifique.

Le premier Grand Prix du Japon en 1976 a été immortalisé dans le long-métrage « Rush » de Ron Howard. Il consacre James Hunt champion du monde alors qu’en cueillant les quatre points de la 3e place, le Britannique triomphait de son rival Niki Lauda, contraint à l’abandon. Hunt remporta le titre par un seul point.

Des coureurs japonais prirent la piste lors des deux premières éditions, sans faire carrière en F1. Il y eut ainsi Noritake Takahara, Masahiro Hasemi et Kazuyoshi Hoshino, en 1976 ; Kunimitsu Takahashi et à nouveau  Hoshino et Takahara en 1977. Aucun ne put inscrire de points mais Hasemi au volant d’une Kojima a officiellement inscrit le meilleur temps en 1976.

Le premier coureur nippon qui connut un petit succès devant les siens fut Satoru Nakajima qui en 1987 prit la 6e place et inscrivit un point au volant d’une Lotus Honda. Nakajima récidiva avec une autre 6e place en 1990 pendant qu’Aguri Suzuki menait sa Lola Lamborghini à la 3e place.

De 2002 à 2004, on fit la fête à Takuma Sato, protégé de Honda qui successivement prit les deux points de la 5e place, les trois points de la 6e l’année suivante et enfin les cinq points de la 4e place.

En 2010, Kamui Kobayaski termina 7e et cueillit six points avant de s’offrir la 3e place du podium en 2012. Il fut le dernier Japonais en piste à Suzuka en 2014 avec Caterham. En 1977 à Fuji, à son 3e départ en F1 et son second chez Ferrari, parti 20e et remonté à la 15e place, Gilles Villeneuve s’accrocha au 6e tour avec la Tyrrell de Ronnie Peterson. La voiture du Canadien s’envole et fauche deux personnes qui y laisseront leur vie.

Les débris ont aussi blessés sept autres spectateurs qui seront hospitalisés. Si Michael Schumacher avec huit est le recordman des pole positions au Japon, Vettel (quatre) Hamilton (deux) et Massa (une) sont les seuls pilotes actifs à s’être offert cette première place sur la grille. McLaren (neuf), Ferrari (sept), Red Bull (quatre), Williams et Mercedes (trois) et Renault (deux) sont six des huit équipes ayant obtenu la première place sur la grille d’un Grand Prix du Japon.

Michael Schumacher compte six victoires au Japon, Vettel quatre, Hamilton, trois, Alonso, deux et Räikkönen, une. McLaren a triomphé neuf fois, Ferrari, sept, Red Bull, quatre, Williams, trois et Renault, deux fois ;

Quelques anniversaires :

5 octobre : Kevin Magnussen célèbre son 25e anniversaire de naissance ;

8 octobre : En 1978, sur le circuit de l’Île Notre-Dame à Montréal, Gilles Villeneuve devenait le premier Canadien à remporter un Grand Prix de Formule 1. Cette année-là, Montréal accueillait son premier Grand Prix de Formule 1.
9 octobre : En 1977, lors du dernier Grand Prix du Canada présenté à Mosport, en Ontario, Jody Scheckter donnait à l’écurie Wolf de propriété canadienne, sa 3e et dernière victoire de l’histoire.

La 84e pole position de Mercedes… et autres histoires de récente domination

Grâce à Lewis Hamilton, Mercedes a obtenu en Malaisie sa 84e pole position en Formule 1, la 76e depuis son retour en championnat en 2010. Mais ce qui est encore plus extraordinaire, c’est qu’à Sepang, le groupe propulseur hybride introduit en 2014 en était à une 67e pole position pour l’équipe dirigée par Toto Wolf.

Considérant que depuis le Grand Prix d’Australie 2014, on a disputé soixante-seize séances de qualifications, ce prodigieux groupe propulseur a permis à l’écurie de la marque à l’étoile de partir en position de tête 88 % du temps.
En fait, on peut même soutenir qu’avec la pole position obtenue en 2014 par Felipe Massa, en Autriche sur Williams Mercedes, la moyenne des succès du propulseur Mercedes est véritablement à 89,5% !

Le Grand Prix du Japon sera le 75e du groupe propulseur hybride de Mercedes. Enfin, à Sepang, une monoplace Mercedes était en 1re ligne au départ pour la 96e fois, au 5e rang maintenant devant Brabham.

Vettel : enfin un meilleur tour en Malaisie

Pour Sebastian Vettel, malgré quatre victoires, deux poles position et cinq podiums, il aura fallu attendre onze visites à Sepang et la dernière présentation d’un Grand Prix de Malaisie pour enregistrer le tour le plus rapide sur le tracé inauguré en 1999.
Avec sa dernière réussite, l’Allemand a dépassé Nigel Mansell au 5e rang quant au nombre de meilleurs tours en piste.

Des notes encourageantes pour Lance Stroll

Alors que Hulkenberg n’a pas marqué de points lors des trois derniers Grands Prix, Stroll en a inscrit 14 et s’est rapproché à deux points de l’Allemand. Stroll a maintenant obtenu un « Top 10 » dans six Grands Prix.
À titre comparatif, en 1978 avec une équipe Ferrari supérieure à Williams de 2017, Gilles Villeneuve avait conclu la saison avec neuf « Top 10 ». En 1996, alors que Williams dominait, Jacques Villeneuve lui avait connu une saison de treize « Top 10 ».

Les podiums de Daniel Ricciardo

Avec sa 3e place, Daniel Ricciardo se présentait au podium pour une 26e fois en carrière, rejoignant Eddie Irvine et Ronnie Peterson au 36e rang. La prochaine fois, il égalera Ralf Schumacher et Bruce McLaren au 34e rang. Il est aussi désormais à cinq podiums de son illustre concitoyen, Sir Jack Brabham.

Hamilton rejoint Piquet, Vettel encore plus près de son 200e Grand Prix :

Lewis Hamilton en sera ce week-end à son 204e départ en carrière et rejoindra Nelson Piquet au 15e rang de l’histoire. Pendant ce temps, Sebastian Vettel rejoindra Michele Alboreto au 19e rang avec 194 départs, se rapprochant à cinq d’Alain Prost et six de son 200e.
De plus, s’il complète le Grand Prix du Japon, l’Allemand l’aura fait à cent soixante-quatre reprises, autant que David Coulthard au 9e rang.

50 ans de F1 au Canada… Saviez-vous que?

Dans chaque bulletin de la saison 2017, nous vous présentons des statistiques portant sur l’histoire de notre Grand Prix du Canada. Depuis 1967, en principe, cent vingt-quatre individus auraient eu droit à une présence sur le podium canadien.
Mais puisque certains s’y sont présentés à plus d’une occasion, soixante-six coureurs ont goûté au champagne. Pour Stefan Johansson, Eddie Irvine et Giancarlo Fisichella, le premier podium en carrière fut vécu au Canada.

Pour Clay Regazzoni, Jochen Mass, Andrea de Cesaris, Stefano Modena, Alexander Wurz et David Coulthard, ce fut la dernière célébration en carrière qui se fit au Canada. Quant à l’Américain Mark Donohue, sa 3e place de 1971 à Mosport lui aura valu sa seule présence en carrière sur un podium.

Un certain 8 octobre… une promotion spéciale ce dimanche 8 octobre : Le Formula 1 Grand Prix du Canada lance aujourd’hui une promotion spéciale qui durera vingt-quatre heures, de minuit à 23 h 59, ce dimanche 8 octobre.
Les billets d’admission générale pour la journée du dimanche se vendent régulièrement au prix de 99,00 $ seront offerts à 19,78 $, un escompte exceptionnel d’un peu plus de 80 %.

Ceux et celles qui souhaitent s’en prévaloir pourront commander exclusivement sur le site web de l’événement au www.gpcanada.ca, entre minuit et 23 h 59, ce dimanche 8 octobre. Une limite de dix (10) billets par commande a été fixée.

source: FORMULA 1 GRAND PRIX DU CANADA

Share