«

»

Sep 13

2017 Formula 1 Singapore Airlines Singapore Grand Prix

La 10e édition, toutes à Singapore City  et 14e manche du Championnat du monde de Formule 1 de la FIA 2017

Singapour-02-2008-09-25Ce week-end, la Formule 1 amorce une séquence de trois Grands Prix successifs présentés en Orient au cours des quatre prochains week-ends.

Qualifications : samedi 16 septembre 21 h, heure locale; en direct à RDS à compter de 8 h 45; à TSN 5 à 8 h, à TSN 3 à 8 h 55; en rediffusion à RDS 2 à midi 30, à 23 h à RDS.

Course : dimanche 17 septembre, 20 h, heure locale; avant-course en direct à RDS à compter de 7 h 30; en direct à TSN 5 à compter de 7 h, à TSN 1-4 à 7 h 55.

Marina Bay Street Circuit, Singapore City, Singapour, 5,065 km, 23 virages, deux zones DRS

61 tours pour 308,828 km, record du tour : 1:47,187 par Daniel Ricciardo (Red Bull) 2016

Résultats de 2016 :

Première ligne de la grille : Nico Rosberg (Mercedes) 1:42,584     et    Daniel Ricciardo (Red Bull) 1:43,115

Course : 1. Nico Rosberg (Mercedes) 2. Daniel Ricciardo (Red Bull) 3. Lewis Hamilton (Mercedes)

Meilleur tour : Daniel Ricciardo (Red Bull) 1:47,187

À propos du Grand Prix de Singapour :

– Le Grand Prix de Singapour a été le tout premier de l’histoire présenté sous les réflecteurs. Par la suite, Abou Dhabi et Bahreïn ont aussi eu recours à l’éclairage artificiel pour tenir, en tout ou en partie, leurs épreuves en soirée.

– L’humidité et la chaleur intense des journées dans cette portion du sud-est asiatique justifient en grande partie la présentation de la qualification et de la course à une heure tardive.

– Singapour est une république indépendante qui a fait partie de la Malaisie pendant les années où l’Empire britannique dominait cette portion du continent. Le circuit malais de Sepang, où la Formule 1 sera présente pour la dernière fois dans deux semaines, est situé à 300 km au nord de Singapour. –

Atypique et lent : voilà deux qualificatifs qui conviennent parfaitement au circuit de rue de Singapour en bord de mer. Il comporte 23 virages, dont quelques-uns à peine pourraient être qualifiés de rapides. Il est donc en mesure de niveler les chances puisque la puissance de certains moteurs ne peut être exploitée tout au long du tour.

– La première édition du Grand Prix de Singapour en 2008 est entrée dans l’histoire comme étant celui de la « tricherie » imaginée par Flavio Briatore, alors directeur de l’écurie Renault. Nelson Piquet Jr avait, à la demande du patron, projeté sa monture sur un muret afin de favoriser son coéquipier Fernando Alonso. Plus tard, Piquet avoua sa faute et Briatore fut banni du Championnat du monde

– La proximité des murets sur l’ensemble du tracé a entraîné plusieurs accrochages au fil des années à Singapour, si bien qu’on a vu la voiture de sécurité entrer en piste lors de chacune des neuf premières éditions.

– Lors de sept des neuf Grands Prix de Singapour, le détenteur de la position de tête a aussi remporté l’épreuve.

– L’an passé, Nico Rosberg a pris la tête du classement des pilotes au terme du Grand Prix de Singapour et s’y est maintenu jusqu’à la fin de la saison.

– Massa, Alonso et Vettel comptent chacun une pole position à Singapour pour le compte de Ferrari. Vettel en a obtenu deux autres alors qu’il était au service de Red Bull. Hamilton l’a obtenue deux fois pour McLaren et une fois pour Mercedes. Rosberg aussi, l’an dernier chez Mercedes, est parti de la position de tête.

– Sebastian Vettel compte quatre victoires à Singapour, dont trois avec Red Bull et une autre avec Ferrari. Alonso l’a emporté une fois chez Renault et une fois chez Ferrari, alors que Hamilton en compte aussi deux, une chez McLaren et une autre chez Mercedes. Rosberg (Mercedes) est l’autre vainqueur.

– Red Bull compte à Singapour le plus grand nombre de présences au podium avec dix. Suivent Ferrari (5), McLaren (4), Mercedes (3), Renault (2) et Williams (1). Kimi Räikkönen est aussi monté au podium pour le compte de Lotus et, en terminant second en 2009, Timo Glock a permis à Toyota d’inscrire son avant-dernier podium.

Quelques anniversaires :

14 septembre : Au terme du Grand Prix d’Italie de 1980, pour la première fois, l’écurie Williams était proclamée Championne du monde.17 septembre : Damon Hill célèbrera ses 57 ans. Sebastian Ocon aura 21 ans.

Lance Stroll, Williams et Jacques Villeneuve :

Grâce à Lance Stroll, c’était en Italie la 33e fois qu’un pilote canadien était en première ligne, une fois de plus que la Suède. C’était aussi le premier départ de Williams en 1re ligne depuis la Russie en 2016 (Valtteri Bottas). Enfin, coïncidence, la dernière fois qu’un Canadien – en l’occurrence Jacques Villeneuve – a pris le départ de la première ligne, c’était en 1998, aussi pour le compte de Williams et, de surcroît, lors du Grand Prix d’Italie.

Départs en 1re ligne, Mercedes a rejoint Brabham :`

En Italie, en décrochant la pole-position, Hamilton a permis à Mercedes un 95e départ en 1re ligne, autant que Brabham, dont le dernier exploit du genre date de 1985. Restent, loin devant, Ferrari, McLaren, Williams et Lotus.

Ferrari, Renault et les positions de tête des motoristes :

Officiellement, un moteur Renault a permis à une écurie et un pilote d’obtenir la position de tête à deux cent treize reprises, ce qui place la marque française au 1er rang.

Ferrari en compte deux cent douze et le circuit de Singapour pourrait favoriser la Scuderia et permettre à cette dernière d’égaler cette marque.

Mais retenons que le grand livre de la F1 accorde une pole à un moteur Playlife (avec Benetton en 1998, en Autriche) et une autre à un moteur TAG Heuer (avec Red Bull l’an passé à Monaco), lesquels étaient de fait des moteurs Renault. Alors, les propulseurs de la Régie française en seraient de fait à deux-cent quinze poles.

Vettel en compagnie d’Alonso :

Les ennuis de Fernando Alonso depuis son passage chez McLaren ne lui ont pas permis d’augmenter son nombre de présences au podium. Mais son successeur chez Ferrari, Sebastian Vettel a continué à s’y présenter assez régulièrement, si bien qu’avec une des trois premières places à Singapour, l’Allemand rejoindrait l’Espagnol au 4e rang avec quatre-vingt dix-sept présences. Comme Alonso, Vettel serait alors neuf présences au podium derrière la 3e place occupée par Alain Prost.

Avec Massa, le Brésil rejoint l’Italie au 3e rang :

N’eut été du retour imprévu de Felipe Massa au sein du plateau de la F1 cette saison, le Brésil serait demeuré au 4e rang des nations comptant le plus de départ, avec l’Allemagne lui soufflant dans le dos.  Mais, à Singapour, grâce au pilote de l’écurie Williams, le pays des Cariocas rejoindra l’Italie au 3e rang avec la participation d’au moins un fils du pays à sept cent quatre-vingt cinq Grands Prix.

Ricciardo rejoint Ricciardo rejoint Sir Jack Brabham : :

Daniel Ricciardo en sera à Singapour à son 123e départ en carrière, ce qui lui en fera autant que son illustre concitoyen Sir Jack Brabham, avec qui il partagera le second rang chez les Australiens. Il lui en manquera encore quatre-vingt douze pour rejoindre le Kangourou le plus vu en Formule 1, Mark Webber.

50 ans de F1 au Canada… Saviez-vous que?

Dans chaque bulletin de la saison 2017, nous vous présentons des statistiques portant sur l’histoire de notre Grand Prix du Canada. Depuis 1967, la distance totale parcourue par les gagnants de toutes les éditions de l’événement est de 14 575,2 kilomètres (9 056,61 milles).

L’équipe qui a parcouru la plus grande distance en tête est Ferrari avec 3 425,6 kilomètres ou 789 tours.

Réserver ses places pour 2018 : Tous les amateurs qui souhaitent assister à l’édition 2018 du Formula 1 Grand Prix du Canada, les 8, 9 et 10 juin 2018, qu’ils aient été présents ou non en 2017, peuvent désormais commander leurs places dans la tribune de leur choix ou en admission générale.

On peut effectuer directement les commandes sur le site Web de l’événement au www.gpcanada.ca ou en composant le 514 350-0000, tous les jours de la semaine, entre 8 h et 20 h.

source: Formula 1 Grand Prix du Canada

Share