«

»

Sep 12

Calmels Sport à Indy 500

Intensément passionné de sport automobile

Calmel SportDidier Calmels, après s’être déjà présenté au départ du Grand Prix de Monaco et des 24 Heures du Mans, s’est lancé un nouveau défi : celui d’assouvir un autre rêve en engageant une voiture aux couleurs de la France aux 500 Miles d’Indianapolis en 2018.

La vitesse est une qualité centrale dans la pratique du sport automobile, tant sur la piste qu’en coulisses. Alors, après avoir assisté – devant sa télévision – au succès populaire et sportif de Fernando Alonso en mai dernier à Indianapolis, Didier Calmels a immédiatement décidé de réaliser un rêve.

Un de plus, serait-on tenté de dire, après ceux déjà vécus en Formule 1 à partir de 1987, via son association avec Gérard Larrousse, et depuis 2008 en Endurance avec Signatech.

Car l’homme n’est pas du genre à se laisser détourner par les difficultés. Mieux, elles l’aiguillonnent. Si bien qu’au lendemain de la 101e édition de la mythique épreuve américaine, il s’est mis en relation avec diverses écuries pour l’accompagner dans son nouveau défi.

La première d’entre elles était toute trouvée : Andretti Autosport, celle-là même qui avait accueilli le double champion du monde de F1 espagnol. Mais quid du pilote ? Jean-Éric Vergne était au sommet de la liste grâce à ses connexions passées avec le team américain engagé en Formule e, notamment.

Mais l’affaire a traîné en longueur et convaincu Didier Calmels qu’un plan était en train de se jouer dans son dos… notamment avec McLaren. L’identité du futur pilote a, elle aussi, évolué face à l’implication et à la motivation nécessaires à un tel projet.

Au final, Tristan Gommendy a décroché la timbale, tandis qu’un accord était très rapidement trouvé, courant juillet, avec la très francophile écurie Schmidt-Peterson Motorsports où Simon Pagenaud et Tristan Vautier ont fait leurs débuts en IndyCar…

Découvrez la suite de notre dossier exclusif sur l’arrivée de Calmels Sport à Indy 500 dans le n°2131 d’AUTOhebdo, disponible dès ce lundi à 22h en version numérique sur toutes les plates-formes, et dès mercredi en kiosques.

source: Autohebdo.fr

Share