«

»

Juil 12

2017 Formula 1 Rolex British Grand Prix

68e édition – 10e manche du Championnat du monde de Formule 1 de la FIA – 2017

Silverstone_2On disputera ce week-end à Silverstone le 966e Grand Prix de l’histoire du Championnat du monde de Formule 1, laquelle s’est amorcée au même endroit le 13 mai 1950 avec la victoire de Guiseppe Farina, au volant d’une Alfa Roméo. 

C’est bien sûr, avec la manche italienne, un de deux seuls Grands Prix nationaux présentés à chaque année depuis 1950 et la création du championnat.

Qualifications : samedi 15 juillet 13 h, heure locale; en direct à RDS à compter de 7 h 45; à TSN à compter de 7 h.

Course : dimanche 16 juillet, 13 h, heure locale; avant-course en direct à RDS à compter de 7 h 30; en direct à TSN à compter de 7 h.

Silverstone, Angleterre, Royaume-Uni, 5,891 km, 18 virages, deux zones DRS52 tours pour 306,198 km,

record du tour : 1.33:401 par Mark Webber (Red Bull Renault) 2013

Résultats de 2016 :

Première ligne de la grille : Lewis Hamilton (Mercedes) 1.29:287 Nico Rosberg (Mercedes) 1.29:606

Course : 1. Lewis Hamilton (Mercedes) 2. Max Verstappen (Red Bull Tag Heuer) 3. Nico Rosberg (Mercedes)

Meilleur tour : Nico Rosberg (Mercedes) 1.35:548

À propos du Grand Prix de Grande-Bretagne :

En 2017, Silverstone accueille pour une 51e reprise le Grand Prix de Grande-Bretagne. La course fut disputée cinq fois dans les années 50 sur le tracé d’Aintree, à proximité de Liverpool, et en douze occasions, entre 1964 et 1986, sur le légendaire circuit de Brands Hatch, au sud-ouest de Londres.

Le territoire britannique a aussi accueilli trois éditions du Grand Prix d’Europe, deux fois à Brands Hatch et en une occasion sur le tracé de Donington dans le Leicestershire.

Au départ, tracé sur un ancien aérodrome de la Seconde Guerre mondiale, le tracé de Silverstone était long de 4,6 kilomètres et comprenait 8 virages. Il a été modifié plus ou moins légèrement à quelques reprises jusqu’en 1990. L’année suivante, il passa à 5,2 kilomètres et vit son nombre de virages passer à dix-sept.

La configuration actuelle, longue de 5,9 kilomètres, date de 2010 lorsqu’une portion fut dessinée à l’intérieur du grand rectangle d’orgine et fit grimper le nombre de virages à dix-huit. À part la première année et l’an 2000, alors que l’épreuve avait été disputée sans succès en avril, le week-end de Pâques, le Grand Prix de Grande-Bretagne est généralement au calendrier de la première quinzaine de juillet.

On note toujours dans les tribunes bien garnies de Silverstone une abondance de drapeaux nationaux, le célèbre « Union Jack », auquel on ajoute le nom de famille du Britannique le plus populaire en piste. Les coureurs originaires du Royaume-Uni ont souvent réjoui les fans locaux en remportant vingt-cinq des soixante-sept éditions disputées depuis 1950.

Anglais (Mansell, Hamilton, Moss, Brooks, Collins, Hunt, Herbert, Damon Hill), Écossais (Clark, Stewart, Coulthard) et Nord-Irlandais (Watson) sont les douze sujets de la couronne qui ont pris place sur la plus haute marche du podium britannique.

Même si Silverstone est au cœur de la région où sont installés la majorité des écuries de Formule 1, c’est tout de même Ferrari qui a connu le plus de succès au Grand Prix de Grande-Bretagne avec quinze positions de tête, seize victoires et cinquante-deux présences au podium.

Parmi les équipes anglaises, McLaren s’y est offert sept positions de tête, quatorze victoires et trente-trois visites au podium alors que Williams s’y est offert treize positions de tête, dix victoires et vingt-deux présences au podium.

Les autres marques identifiées au pays ou installées en Angleterre qui ont triomphé en Grande-Bretagne sont Lotus, Cooper, Tyrrell, Vanwall et Brabham. Bien qu’officiellement autrichienne, l’équipe Red Bull basée à Milton Keynes a aussi gagné à trois reprises, alors que l’allemande Mercedes, installée à Brackley, a triomphé cinq fois.

Le regretté Jim Clark partage avec le Français Alain Prost la statistique du plus grand nombre de victoires en Grande Bretagne avec cinq. Nigel Mansell suit avec quatre, autant que Lewis Hamilton.
Chez les pilotes actifs, Fernando Alonso affiche aussi deux victoires, alors que Kimi Räikkönen et Sebastian Vettel comptent un succès chacun en sol britannique.

Quelques anniversaires : 

13 juillet : Un des derniers Italiens à faire une longue carrière en F1 avant de se consacrer à ses propriétés viticoles, Jarno Trulli, célèbre ses 43 ans.

13 juillet : en 1997, année de son Championnat du monde, Jacques Villeneuve remportait pour la 2e année consécutive le Grand Prix de Grande-Bretagne.

14 juillet : en 1996, Jacques Villeneuve remportait à Silverstone sa 2e victoire en carrière.16 juillet : en 1977, à Silverstone au Grand Prix de Grande-Bretagne, Gilles Villeneuve disputait au volant d’une McLaren son premier Grand Prix de F1. Qualifié 9e, il terminait en 11e place.

17 juillet : En 1995, décédait à 84 ans le quintuple Champion du monde, l’Argentin Juan Manuel Fangio.
950 sur 966 avec au moins un Britannique : Le Grand Prix de Grande-Bretagne sera, comme déjà mentionné, le 966e Grand Prix de l’histoire du championnat du monde. Mais il s’agira aussi du 950e auquel devrait participer au moins un pilote du Royaume-Uni.

Le trio des cinquante départs :

Trois jeunes hommes, Kevin Magnussen (24 ans), Carlos Sainz (22 ans) et Max Verstappen (19 ans) devrait ce dimanche vivre leur 50e départ en Championnat du monde. Le plus jeune, Verstappen, est le seul à avoir connu les joies de la victoire. Au fait, avec son 50e départ, Kevin Magnussen aura doublé la quantité d’épreuves disputées préalablement par son père.

Un autre tracé que connaît Lance Stroll : Encore cette semaine, en se présentant à Silverstone, le jeune pilote canadien prendra place sur la grille d’un circuit qu’il connaît pour y avoir disputé trois épreuves de Formule 3 en 2015.

Il n’a pas connu, en 2015, le même type de succès que l’an dernier en Autriche, mais lors de sa seule présence sur le tracé anglais à son année de recrue il s’en tira relativement bien, se qualifiant successivement 8e, puis 7e à deux reprises.
En course, Lance s’offrit une 6e et une 4e place avant de connaître un abandon lors du 3e départ. Sa séquence de circuits familiers se poursuivra ensuite en Hongrie, en Belgique et en Italie.
50 ans de F1 au Canada…

Saviez-vous que?

Dans chaque bulletin de la saison 2017, nous vous présentons des statistiques portant sur l’histoire du Formula 1 Grand Prix du Canada. Saviez-vous que depuis 1967, tous les 29 Champions du monde couronnés depuis 1962 sont venus courir au Formula 1 Grand Prix du Canada?

Du nombre, 9 seulement n’ont pas réussi à inscrire au Canada une victoire à leur palmarès, à Mosport, Mont-Tremblant ou Montréal : John Surtees, Jim Clark, Graham Hill, Jochen Rindt, Mario Andretti, Keke Rosberg, Niki Lauda, Jacques Villeneuve et Nico Rosberg.
Réserver des places pour 2018 : Les amateurs qui souhaitent assister à l’édition 2018 du Formula 1 Grand Prix du Canada peuvent dès maintenant, et jusqu’au 14 juillet, signifier qu’ils désirent les mêmes places qu’en 2017.

Ceux qui désirent modifier leur statut peuvent aussi nous en faire part jusqu’au 19 juillet. On peut en apprendre plus sur 2018 en visitant le site Web au www.gpcanada.ca ou en composant le 1-877-528-0778, tous les jours de la semaine, où l’on sera heureux de répondre à toutes les questions.

source Grand Prix du Canada

Share