«

»

Juin 18

24 Heures du Mans: 19ème victoire Porsche !

24 Heures du Mans 2017

2017-06-15-0176La 85ème édition des 24 Heures du Mans, tenue ce week-end sur le légendaire circuit français, était annoncée comme un duel entre prototypes Porsche et Toyota.

Album photo Flagworld

Sur ce point, on peut dire que ce furent plutôt les 11 heures du Mans car Toyota a effectivement dominé le début de course, mais en-dedans de 15 minutes, deux de ses trois voitures devaient abandonner. Les incidents sont survenus en pleine nuit, un accrochage éliminant la Toyota TS050 hybride de José-Maria Lopez, précédé un quart d’heure plus tôt de l’abandon de la voiture de tête, la TS050 No.7 de Kamui Kobayashi, boîte de vitesses bloquée.

Deux Porsche 919 Hybrid contre une unique Toyota rescapée, le rapport de force changea lors de la seconde moitié de l’épreuve, dominée jusqu’à 4 heures de l’arrivée par le seul prototype LMP1 hybride n’ayant pas eu de gros ennui, la Porsche No.1 du trio Neel Jani, André Lotterer et Nick Tandy. Mais après avoir possédé jusqu’à 13 tours d’avance, cette voiture s’arrêtait en bord de piste à 4 heures de l’arrivée, laissant alors 3 prototypes de la classe LMP2 occuper les avant-postes. Les amateurs de surprises étaient comblés ! Mais la Porsche de Timo Bernhard, Earl Bamber et Brendon Hartley, qui avait perdu plus d’une heure au garage en début de course, parvint à effectuer une incroyable remontée pour prendre les commandes à 67 minutes de la fin. La seule Toyota rescapée quant à elle se classe huitième, perdue au milieu du peloton des prototypes de classe LMP2.

Hormis ces rebondissements avec les LMP1 hybrides, cette édition 2017 fut l’une des plus monotones des 20 dernières années. Le manque de fiabilité, hélas prévisible, de ces prototypes à motorisation hybride, l’absence d’Audi, qui semble avoir fait mal – au niveau de l’intérêt sportif de la course surtout – aux 24 Heures du Mans et une réglementation LMP1 très dispendieuse qui repousse présentement le retour de nombre de manufacturiers, ont  fait que les décideurs du monde de l’Endurance vont devoir remettre en question certaines règles.

Derrière la Porsche 919 Hybrid victorieuse, on pointe l’Oreca-Gibson LMP2 du Chinois Ho Ping Tung, du Britannique Oliver Jarvis et du jeune prodige français Thierry Laurent et l’Oreca-Gibson LMP2 de Piquet Jr/Heinemeier Hanson/Beche.

De belles batailles, il y en a toutefois eu lors de cette course, disputée sous une forte chaleur (30 degrés le jour, 20 la nuit) et un soleil estival. Mais on les a retrouvées au sein de la catégorie GT. Porsche (911 RSR), Aston Martin, Ford, Corvette, Ferrari… Souvent quelques secondes d’écart, de la première à la dernière heure. Magnifique, du grand pilotage ! À l’arrivée, la victoire revient à l’Aston Martin de Darren Turner, Jonathan Adam et Daniel Serra, qui a ravi le premier rang à la Corvette de Jordan Taylor dans le dernier tour. En GTE Amateur enfin, succès de la Ferrari de Vanthoor/Stevens/Smith.

Dans cette catégorie, Paul Dalla Lana était le seule pilote canadien au départ cette année. Qualifiés 2ème de leur catégorie (46ème sur 60 toutes-catégories), lui et ses coéquipiers Pedro Lamy et Mathias Lauda ont été dominés par les Ferrari 488 en seconde moitié de course, après avoir lutté pour le podium lors des premières heures. Ils se classent finalement huitièmes de cette classe GTE Amateur, 37èmes toutes-catégories.

Philippe Brasseur

Envoyé spécial du magazine Pole-Position aux 24 Heures du Mans (32ème fois consécutive)

– Collaboration spéciale pour Flagworld.com

Share