«

»

Mai 18

Alignement imparfait des planètes

La catégorie LMP3 du championnat European Le Mans Series est si compétitive que le moindre contretemps est rédhibitoire

Panis-Barthez Compétition Ligier 16 L’équipage de la Ligier JS P3 du team Panis-Barthez Compétition n’a pu faire mieux que 11ème à Monza, mais Simon Gachet a marqué les esprits.

Sur 47 pilotes LMP3, il fut le deuxième meilleur performer en terme de moyenne des chronos sur l’ensemble de son relais. L’Isérois de Champier a dû se contenter de cette satisfaction personnelle, à défaut de pouvoir fêter un grand résultat avec toute son équipe.

Double faute

La première déception milanaise est née des qualifications. Simon reconnaît en avoir fait un peu trop dans le secteur 3 du circuit, avec un 8ème temps pour sanction immédiate. Désigné pour prendre le départ, Eric Debard s’accroche avec un autre pilote après une demi-heure de course et se retrouve dans le bac à graviers.

L’Albigeois peut rejoindre les stands où la voiture est nettoyée et contrôlée. A cette perte de temps s’ajoute une pénalité « drive through » si bien que Simon a environ 4 minutes de retard sur la tête de la catégorie quand il succède à Théo Bean dans le cockpit de la Ligier #16.

Compte tenu du règlement qui impose 1h45 de conduite minimum pour les pilotes gradés Bronze, Eric Debard effectue un deuxième relais jusqu’au damier. A l’exception de l’incident de parcours du début, le trio franco-américain a réalisé un sans faute, mais échoue à la porte des points.

Simon : « Les enseignements des essais libres nous avaient persuadés que la voiture valait un Top 3 en qualification. Je suis rentré un peu trop fort dans la « Variante Ascari » et j’ai perdu une grosse poignée de dixièmes.

Par contre, je suis content d’avoir fait la deuxième meilleure moyenne sur mon relais car aujourd’hui, les teams regardent davantage cette statistique que le meilleur tour en course.

Elle permet de valoriser la régularité dans la performance. D’un autre côté j’ai la sensation que nous sommes passés à côté de quelque chose de bien. Nous n’avons pas concrétisé notre potentiel. »

Pau, le retour

Place au Championnat de France FFSA GT avec l’important rendez-vous du Grand Prix de Pau. Simon Gachet fêtera du 19 au 21 mai ses retrouvailles avec le célèbre tracé urbain au volant de la McLaren 570S GT4 du team Energy by ART, qu’il partage avec Bruno Hernandez.

Simon a déjà escaladé le podium à quatre reprises dans la capitale du Béarn : deux fois en F4 en 2012 et deux fois en Formula Renault 2.0, en 2014 puis 2015. Lors de cette dernière apparition, il s’était qualifié en première ligne et avait signé un meilleur tour en course.

source: Romane Didier Presse