«

»

Avr 21

Jim Pla à Nogaro ou la théorie de la relativité

Le renouveau du Championnat de France FFSA GT fait les gros titres depuis plusieurs semaines et la première épreuve était très attendue

Jim Pla - photo © DPPI - Frédéric Le Floch Elle a largement tenu ses promesses. Le plateau était superbe avec 30 autos au départ, les pilotes ne furent pas avare de leur talent et 23.316 spectateurs ont répondu présent.

Dans ce concert, le pilote icsport management Jim Pla s’est montré compétitif au volant de la Porsche #1 de l’équipe Racing Technology. Toutefois, il peut être intéressant de décortiquer plus précisément le contexte dans lequel il s’est exprimé dans le Gers…

Dans ce championnat, une « Balance of Performance » (BoP) est déterminée de façon scientifique, afin de niveler les temps au tour des différents modèles de voiture. Elle permet d’établir une certaine équité et donc de favoriser la bagarre en piste.

Les pilotes sont également gradés Bronze, Silver ou Gold par la FIA, en fonction de leur palmarès et de leur âge, mais de façon nettement moins scientifique, sans prendre en compte leur véritable pointe de vitesse.

Cette classification n’est pas anodine car selon le grade cumulé des pilotes d’un équipage, une Porsche Cayman, par exemple, recevra 33, 20 ou zéro kilo de lest. Si on pouvait estimer scientifiquement la valeur intrinsèque d’un pilote de façon aussi précise que sa voiture, il pourrait en résulter une sorte d’équilibre sur l’ensemble de la course.

Mais il s’agit évidemment d’une gageure et dans les faits certains Bronze sont aussi rapides et réguliers que certains Gold.

Il découle de cet état de fait une possible frustration pour certains pilotes qui sont tout de même là pour montrer leur potentiel avec l’objectif de faire progresser leur carrière. Or, un Silver, si son équipier est Silver, peut se retrouver à la peine avec ses 33 kg de lest, face à un autre Silver disposant d’une voiture identique – ou supposée équivalente grâce à la BoP – mais plus légère car son équipier est Bronze !

A Nogaro, on a pu se rendre compte du problème au début de la course 2. Contrairement à la course 1, dans laquelle les « amateurs » ont pris le départ, le public a assisté lundi à une bagarre entre les meilleures Porsche Cayman et quelques Ginetta, pilotées par des « Pros ». Les trois premières Porsche étaient conduites par des Gold secondés pas des Bronze, qui embarquaient donc 20 kg de lest « pilote ».

Un peu plus loin, Jim Pla, dont l’équipier est Silver comme lui, luttait avec 33 kg tandis qu’une autre Porsche du peloton de tête, qu finira 2ème, roulait sans lest. Dans l’ignorance des subtilités de la « balance de performance pilote », on pouvait penser que Jim n’était pas au niveau de ses adversaires directs.

L’équipe Racing Technology, qui engageait une autre Porsche dépourvue de lest, a estimé l’écart à 3 dixièmes de seconde au tour toute chose égale par ailleurs. Mais l’impact du poids supplémentaire sur la dégradation des pneus est encore plus pénalisant.

Ceci étant exposé, le duo composé de Jim Pla et de Pierre Sancinéna s’est bien battu à Nogaro. Un problème de capteur les a fortement retardés le dimanche et ils se sont classés au 6ème rang lundi. Ils ont perdu du temps lors du changement de pilote, ce qui leur a coûté le Top 5.

Il reste des points à améliorer et à travailler et on les attendra au(x) tournant(s) du Grand Prix de Pau, où Jim avait gagné sa première course auto il y a dix ans ! Rendez-vous les 20 et 21 mai prochains !

Jim Pla remercie ses partenaires 2017: Centre Porsche Frejus – Ville de Béziers – Missions Intérim

source: Future-Racing

Share