«

»

Jan 29

Ross Brawn : « Rien ne va changer d’ici 2020 »

Si une nouvelle ère a commencé avec le départ de Bernie Ecclestone

2013-06-08_1134 Elle mettra du temps à se mettre concrètement en place puisque les actuels Accords Concorde sont valables jusqu’à 2020.

A la place de la direction unipersonnelle avec Bernie Ecclestone, la F1 va désormais être pilotée par un trio de dirigeants. L’un d’entre eux est une personnalité bien connue puisqu’il s’agit de Ross Brawn, qui aura été sacré champion du monde avec Benetton, Ferrari, puis son équipe éponyme.

S’il est désormais responsable de l’ensemble de l’aspect sportif de la F1, il ne ferme tout de même pas les yeux sur la dominante économique du sport. Dans une interview accordée à Sky Sports News, l’ancien directeur d’équipe estime que la discipline doit faire plus pour rendre les petites équipes viables d’un point de vue économique alors que Manor est en train de lutter pour sa survie :

« Nous devons trouver des solutions où les petites équipes peuvent rester sur leurs deux pieds et challenger la hiérarchie de la Formule 1 mais également rester sur leurs deux pieds d’un point de vue commercial. »

Il en appelle donc à un sport où toutes les équipes sont en mesure de bénéficier d’une plateforme économique, qui leur permettent de se concentrer sur leur développement plutôt que sur leur simple survie :

« A l’heure actuelle, c’est un gros challenge pour elles, c’est un trop gros challenge. Nous devons trouver des moyens dans le futur d’avoir une Formule 1 saine du sommet jusqu’en bas. Nous devons peut-être trouver des moyens de rendre ces petites équipes plus attractives et qu’elles soient un élément important de la Formule 1, non seulement sur la piste mais également en tant qu’entreprises. »

L’exemple de Manor est ainsi une belle illustration de l’utilité d’avoir de petites structures sur la grille. Ainsi si elle n’a terminé qu’onzième de la saison, elle a pu servir de centre de formation pour deux jeunes pilotes prometteurs protégés par Mercedes, Pascal Wehrlein et Esteban Ocon.

Si la grille n’avait connu que dix équipes, ces pilotes n’auraient peut-être jamais eu l’opportunité de faire leurs armes en F1. Ce cas de figure n’est pas unique puisque dans le passé des pilotes comme Fernando Alonso ou Mark Webber ont effectué leur première saison chez Minardi (depuis devenue Toro Rosso) ou Daniel Ricciardo chez la défunte HRT.

Mais derrière ces belles intentions, des réalités légales restent toujours les mêmes, avec des accords commerciaux, dit Accords Concorde, qui courent jusqu’à 2020. Or ce sont ces contrats unilatéraux signés entre chacune des équipes avec la FOM qui garantissent la répartition des revenus de chacune, dont le fameux bonus de 100 millions de dollars accordé à Ferrari.

Ross Brawn en est bien conscient que tout changement risque d’être compliqué à court terme : « Nous avons un contrat avec les équipes jusqu’à 2020. Donc rien ne va changer de manière substantielle à moins que toutes les équipes ne soient d’accord. »

Même si les nouveaux dirigeants font signe de vouloir apporter une approche davantage collaborative à la F1, le consensus est un art que les équipes de F1 ne maîtrisent pas forcément. Pour autant, Ross Brawn souhaite agir vite pour mettre en place une stratégie de moyen terme, qui bénéficie à l’ensemble des parties prenantes, des équipes aux promoteurs en passant par les fans :

« Il y a un certain nombre d’initiatives que nous pouvons prendre en Formule 1 et j’ai des idées de ce qu’elles pourraient être. Je ne souhaite pas encore les partager avec tout le monde mais je veux les partager avec les équipes et la FIA afin de développer un plan pour les trois à cinq prochaines années.

L’idée est de pouvoir dire dans trois à cinq ans que nous sommes désormais significativement en avance en terme d’attractivité du sport et de la façon dont il agit avec les fans et ce qu’il redonne aux fans et aux promoteurs. »

Si les idées promues par Ross Brawn sont aussi innovantes que ses stratégies sur le muret des stands, cela peut augurer d’un futur radieux pour la discipline.

source: http://www.motorsinside.com – avec la participation de www.racingbusiness.fr

Share