«

»

Jan 16

Dakar – Bruno Famin met en avant la cohésion de l’équipe Peugeot

La marque française a placé trois de ses quatre 3008 DKR sur le podium final de Buenos Aires

  Bruno Famin Bruno Famin et Peugeot signent une deuxième victoire consécutive sur le Dakar. © Peugeot Sport Media.

Comme en 1990 avec le trio Vatanen – Waldegard – Ambrosino, Peugeot a signé un deuxième triplé sur le Dakar 2017, avec la victoire de Stéphane Peterhansel devant Sébastien Loeb et Cyril Despres.

Bruno Famin, directeur de Peugeot Sport, pouvait se féliciter du résultat final, mais aussi de la manière dont son écurie, pilotes comme équipes de conception et d’assistance, a abordé l’épreuve sud-américaine.

« Il y a de quoi être fier du travail réalisé par toute l’équipe, des mécanos jusqu’aux pilotes, se réjouit le responsable français. Je crois que l’on a fait preuve d’une solidarité et d’un esprit d’équipe sans faille que ce soit au niveau de la conception, de la préparation, de l’entretien des voitures.

Les pilotes et les copilotes s’entraidaient, ce que nous n’avions pas vu à un tel degré l’année dernière. Tout le monde redoutait ce Dakar 2017 à juste titre. Cette tension a incité les membres de l’équipe à travailler encore plus ensemble. C’est le résultat fantastique de toute une équipe. »

Dans un premier temps sous la menace d’un Nasser Al-Attiyah très performant dans les premières étapes, mais rapidement éliminé après un contact avec un rocher, le clan Peugeot décroche au final un triomphe en dominant ses rivales Toyota et Mini, démontrant ainsi la validité du concept deux roues motrices initié avec le 2008 DKR l’an passé. Le seul point négatif restera l’abandon de Carlos Sainz, parti en tonneaux.

« Au niveau de la voiture, le plus gros progrès concerne la fiabilité, commente Bruno Famin. Nous n’avons eu aucun ennui mécanique, si ce n’est un petit qui, quelque part, a coûté la victoire au duo Loeb et Elena.

La performance ayant encore été améliorée, tout ce travail a payé. Et même si c’est forcément un peu plus stressant, il me paraissait impensable de donner des consignes d’équipe. Je crois que tout le monde a pu savourer l’intensité de cette bagarre, à commencer par les pilotes eux-mêmes. ».

Retrouvez le compte-rendu complet de la deuxième semaine du Dakar, réalisé par notre envoyé spécial en Amérique du Sud, dans le n°2097 d’AUTOhebdo, disponible dès demain soir en version numérique, et dès ce mercredi en kiosques.

source: Autohebdo.fr – Pierre Tassel

Share