«

»

Jan 10

Poncharal : « Le travail n’effraie pas Johann et Jonas »

2017 marque un tournant pour nous

2014-08-31-0055 Hervé Poncharal, patron du team Monster Yamaha Tech3, livre à motogp.com ses espoirs pour 2017 avec l’arrivée ses deux nouvelles recrues.

Quels sont vos vœux pour cette nouvelle saison ?

2017 marque un tournant pour nous puisqu’après six années de collaboration (deux en Moto2™ et quatre en MotoGP™), nos chemins se sont séparés avec Bradley Smith.

De même avec Pol Espargaró, qui évoluait dans notre team depuis trois saisons.

Des affinités s’étaient créées, c’est la fin d’un chapitre. Nous sommes très heureux malgré tout de leur avoir donné l’opportunité de s’exprimer chez Monster Yamaha Tech3.

En 2017, un excitant challenge se présente désormais à nous. Bien sûr plus un pilote est performant et plus nous sommes heureux, mais ce que j’aime également, c’est le fait de travailler avec des jeunes, de les aider à découvrir le MotoGP.

Johann Zarco est déjà entré dans l’histoire du motocyclisme français. Jonas Folger s’est lui aussi montré plutôt rapide lors des premiers essais, alors que certains observateurs, allemands notamment, étaient au départ un peu sceptiques… Certes on ne sait jamais où on va quand on signe avec deux rookies, et ce quel que soit leur palmarès en Moto2.

Pour certains comme Marc Márquez, la transition se fait très vite. D’autres comme Tito Rabat ont besoin de plus de temps. De notre côté, nous avons été agréablement surpris par les performances de nos recrues à Sepang et à Valence, où ils s’étaient classés meilleurs rookies. Johann et Jonas sont très proches l’un de l’autre.

Ça nous ravit d’autant plus que ça crée une forme d’émulation en interne. Nous souhaitons donc poursuivre cet apprentissage lors des essais hivernaux et monter en puissance par la suite. Mais pas question de se faire trop d’illusions non plus.

Il est difficile de découvrir une catégorie, tout en faisant face à des personnages comme Marc Márquez, Valentino Rossi ou Jorge Lorenzo, qui ont une grosse expérience du MotoGP. Nous voulons donc commencer par nous battre pour les points. L’objectif sera ensuite le Top 10.

Johann Zarco et Jonas Folger ont eu l’occasion de rouler à deux reprises depuis le dernier GP : une première fois à Valence et une deuxième à Sepang, dans le cadre d’essais privés aux côtés de Maverick Viñales et Valentino Rossi.

Comment se sont passés ces deux Tests et que pensez-vous des premiers pas de vos deux pilotes en MotoGP™ ?

Encore une fois, je suis très content car nos pilotes n’ont cessé d’évoluer à chaque run. Nous leur avons notamment demandé de travailler en pneus usés, car nous ne voulions pas qu’ils ‘claquent’ un chrono pour ensuite afficher un rythme nettement plus lent, et ils ont plutôt bien cerné cet exercice.

Comparé à une Moto2, l’électronique est également plus poussée. Nous leur avons donc expliqué tous les paramètres qu’ils auraient à gérer de ce point de vue ; car en emmagasinant un maximum d’informations sur la moto, nous pouvons croiser leurs commentaires avec les acquisitions de données et voir si ça va dans le même sens.

Jonas et Johann ont tous deux été impressionnants. Deux dixièmes les séparaient de Valentino Rossi à l’issue du Test de Valence. Bien évidemment ça ne veut pas dire que l’on sera aussi près de lui en course, mais ces essais constituent une première base encourageante. Il n’y a pas eu de chute pour le moment et espérons que ça dure.

Nous sommes donc très impatients de reprendre la piste à Sepang. Nous avons eu la chance de pouvoir y rouler en novembre avec Yamaha. Sans divulguer le moindre chrono, je peux vous dire que tout s’est très bien passé. C’était pour nous comme une confirmation.

Parfois le Test de Valence se déroule à merveille et arrivé à Sepang, sur ce circuit beaucoup plus technique, avec ces conditions climatiques beaucoup plus éprouvantes, les choses se corsent et ça n’a pas été le cas. Nous devons débuter avec humilité, mais le travail ne fait pas peur à nos deux pilotes.

Justement comment préparez-vous ce retour en piste à Sepang ?

Techniquement parlant, le développement de la moto est entre les mains des ingénieurs Yamaha Motor au Japon. Ils sont en train de travailler dessus.

Tout sera ensuite envoyé à Sepang et notre équipe technique arrivera quelques jours avant le début des essais pour travailler au montage et à la compréhension des aspects qui ont évolué. De notre côté, nous préparons toute la logistique, pour ne rien oublier car après le Test de Sepang, il y a aussi ceux à Phillip Island et à Losail.

Cette nouvelle année est également synonyme de nouveau partenariat. Vous venez d’annoncer que vous vous associez pour deux ans avec Barracuda. Est-ce que vous pouvez nous en dire plus sur ce partenariat ?

Ça fait plusieurs années que je connais Alessandro Giardina, créateur et propriétaire de Barracuda -fournisseur de pièces détachées. Nous discutons très souvent à chacune de ses venues sur les manches. Je savais depuis un moment qu’il voulait travailler avec nous, mais il s’était engagé avec d’autres équipes.

En 2017, notre collaboration se concrétisera finalement. Bien sûr nous avons besoin de partenaires pour fonctionner, mais c’est aussi quelqu’un qui communique énormément. Il a plein d’idées, c’est un entrepreneur moderne.

Il saura exploiter ce partenariat d’un point de vue médiatique, un gros point fort pour nous, pour eux ainsi que pour le MotoGP. Je suis très content à l’idée de travailler avec lui et j’espère que cette collaboration portera très vite ses fruits.

source: MotoGP.com