«

»

Jan 10

McLaren espère gagner un titre avant la fin de la décennie

Arrivé à la tête de la vision commerciale de McLaren il y a à peine un mois et demi

Sak Brown portrait Honda Zak Brown entend avoir un impact immédiat sur les finances de l’équipe. Mais il se donne plus de temps pour retrouver le chemin des sacres mondiaux.

McLaren vit une période de changements importants, depuis le passage au moteur Honda il y a deux ans au départ de Ron Dennis, provoqué par une mésentente avec le reste des actionnaires.

Ces derniers ont ainsi décidé de confier la gestion commerciale de l’équipe à un spécialiste du domaine, Zak Brown. Le fondateur du groupe JMI espère ainsi que son arrivée va se traduire rapidement par l’arrivée de nouveaux sponsors, comme il l’a révélé au Financial Times :

« Je serais clairement choqué si je n’apporte pas une contribution commerciale en 2017. »

La question est de savoir à quel prix ce fera cette contribution. En effet, Ron Dennis avait imposé par le passé d’importants prix d’entrée pour ne sélectionner que peu de sponsors mais à forte contribution.

Néanmoins, ces dernières années, avec le manque de victoires qui commencent à se faire criant et les entreprises trouvent difficiles de continuer à verser les montants exigés pour une équipe qui n’a plus gagné un seul titre depuis celui de Lewis Hamilton en 2008.

Le dernier en date est ainsi ExxonMobil, qui a préféré passer à la concurrence, chez Red Bull.

Il annonce cependant que sa mission n’est pas de rendre la mariée plus belle avant une éventuelle cession alors que des rumeurs ont circulé autour d’un rachat par Apple, puis par un conglomérat d’investisseurs chinois.

Il estime que l’avenir capitalistique de l’équipe n’est pas de son ressort : « C’est aux actionnaires de décider. Je ne serais pas étonné d’être encore dans un uniforme McLaren sur un Grand Prix dans 10 ans. »

S’il se voit donc rester à Woking sur le long terme, il sait qu’une équipe aussi prestigieuse ne peut se permettre de vivre une période sans victoire trop longue. Alors que la dernière victoire de l’équipe remonte à 2012, il reconnait qu’il faudra être encore patient pour rivaliser pour le titre. L’objectif est donc de remporter de nouveau au moins un titre « d’ici à la fin de la décennie. »

Mais on sent également un changement de ton de la part d’un dirigeant d’une équipe qui bénéficie toujours de la fameuse part « historique » des paiements de la FOM. Malgré ce bonus de 28 millions d’euros pour un total de 73 millions au titre de la saison 2015, McLaren a reçu près de 100 millions d’euros de moins que la mieux dotée du plateau, Ferrari.

Il se joint donc aux nombreuses voix dans le fonds de grille qui réclament un changement de modèle économique pour un sport qui génère près d’un milliard d’euros de bénéfice mais qui ne parvient pas à faire vivre sereinement 11 équipes : « Ce que vous constatez en Formule 1, c’est que le haut de la grille se porte très bien et que lorsque vous baissez dans la grille, vous avez des équipes qui ont de gros problèmes financiers. »

Mais les équipes ne sont pas les seules à souffrir alors que l’Allemagne va de nouveau être privée de Grand Prix car le Nürburgring n’est pas en mesure de répondre aux exigences de Bernie Ecclestone : « Vous avez des circuits qui ne peuvent plus se permettre d’organiser des courses, même si ce sont des événements très sains.

Vous avez des fans qui ne peuvent plus se permettre d’aller sur les courses à cause de ce dont ont besoin les circuits. Je pense que nous devons rééquilibre l’écosystème afin de s’assurer que la F1 fonctionne pour toutes les parties prenantes. »

C’est ce genre de déclarations et de vision à long terme qui expliquent pourquoi Zak Brown est pressenti depuis au moins cinq ans comme un candidat potentiel à la succession de Bernie Ecclestone…

source: http://www.motorsinside.com