«

»

Nov 14

Une saison 2017 avec 19 Grands Prix ?

Bernie Ecclestone a fait part de son incertitude concernant la tenue des Grands Prix d’Allemagne et du Brésil

150x80-flagworldf1La saison 2017 de F1 pourrait ne compter que 19 Grands Prix contre 21 cette année, à en croire les derniers propos tenus par Bernie Ecclestone.

Alors que les rendez-vous d’Hockenheim et d’Interlagos comportent la mention « sujet à approbation » sur le prochain calendrier de la discipline reine des monoplaces, l’argentier de la F1 est pessimiste sur l’avenir des deux épreuves.

Bernie Ecclestone a rencontré le nouveau président du Brésil Michel Temer mercredi dernier mais le Britannique a affirmé ne pas avoir évoqué l’avenir du Grand Prix.

« Je ne lui ai pas demandé, a répondu Bernie Ecclestone, notamment cité par Fox Sports. Je voulais simplement le rencontrer et discuter de choses générales. Pense-t-il que la F1 est bonne ou non pour le Brésil ?

C’est probablement bien pour Sao Paulo, mais qui sait pour le Brésil ? Je ne sais pas ce qu’il peut faire en tant que président. Ce pays est trop politisé actuellement. »

« Ils ont déjà dépensé beaucoup d’argent dans les Jeux Olympiques et dans la Coupe du monde de football. Ça a été un peu difficile pour Sao Paulo. Les promoteurs essaient d’assurer le maintien de la course sans perdre d’argent. En fin de compte, nous sommes les perdants car ils ne peuvent pas nous payer », a lancé Bernie Ecclestone.

Les promoteurs, déjà menacés par des rumeurs de rupture de contrat en juin dernier, avaient assuré qu’ils comptaient terminer les travaux d’un montant de 60 millions de dollars (environ 55,2 millions d’euros) entrepris à Interlagos.

L’avenir du Grand Prix du Brésil s’est encore un peu plus assombri lorsque Joao Doria Jr, le maire de Sao Paulo, a fait part le mois dernier de son intention de privatiser le circuit.

Quant au Grand Prix d’Allemagne, dont l’édition 2015 avait été annulée en raison de la situation économique difficile du Nürburgring, Bernie Ecclestone peine également à voir l’épreuve se pérenniser à Hockenheim.

« Je ne sais pas comment on pourrait sauver la course en Allemagne, a regretté Bernie Ecclestone. Nous avons des champions du monde allemands, des constructeurs allemands titrés, et l’Allemagne ne s’intéresse pas à la discipline. J’ai rencontré les nouveaux propriétaires du Nürburgring, des Russes, et ils ne savaient pas ce qu’il se passait.

Quant à Hockenheim, c’est toujours la même chose, ils n’ont jamais reçu aucun soutien… Je parierais que la course n’aura pas lieu. Je vais les rencontrer dans les prochaines semaines. »

Le Grand Prix du Canada était également sujet à approbation en raison des infrastructures vétustes de son paddock, mais la situation semble moins inquiétante pour l’épreuve de Montréal.

source: Autohebdo.fr – Jacques-Armand Dupuis

Share