«

»

juin 11

Un week-end positif pour Didier Schraenen au GP du Canada…

Deux fois sixième d’un plateau  fort relevé

2013-06-09_0038Le vétéran pilote Didier Schraenen a connu un fin de semaine somme toute positive au Grand Prix du Canada en terminant deux fois sixième d’un plateau  fort relevé.

Albums photos Flagworld

L’équipe NRJ STCH Dodge Yamaha RDS n’avait pas ménagé les efforts pour offrir au détenteur de 13 podiums au circuit Gilles-Villeneuve une CMV particulièrement véloce.

2013-06-08_1282

La CMV de L’équipe NRJ STCH Dodge Yamaha RDS pilotée par Schraenen

« On avait une voiture pour faire le podium dimanche après quelques réglages qui ont amélioré l’auto principalement à la l’épingle où j’avais un peu trop de sous-virage la veille ».

Didier avait connu une qualification difficile vendredi en fin de journée.

« Nous étions parmi les plus rapide en début de session, mais à la fin où les chronos sont tombés j’ai rencontré de la circulation et au dernier tour j’ai commis une erreur qui m’a relégué à la dixième place ».

 Près d’une quarantaine de voitures  étaient en piste samedi tout juste après la qualification de F1 pour la première course du week-end. Les estrades étaient bondées même si une petite bruine avait mouillé le circuit.

« Durant le tour de chauffe je me suis dis que ça allait être l’hécatombe avec une ligne de course un peu sèche à certains endroits et une piste humide à d’autres. J’ai connu un bon départ et j’ai été surpris de voir à quel point les jeunes ont été sages dans le premier tour.

J’ai réussi à monter jusqu’à la cinquième place après quelques beaux dépassements et quelques erreurs de mes adversaires. J’étais sixième quand je suis partie à la faute comme un grand au virage 6.

Après un tête-à-queue complet qui m’a coûté une position j’ai dû travailler fort pour la reprendre à Duncan Murdoch. Chaque fois que je le rattrapais, nous tombions sur des retardataires et ça le favorisait.

Chaque fois le travail était à recommencer. C’est finalement au dernier virage du dernier tour que je l’ai doublé grâce à un jeu d’attiré et à un freinage vraiment tardif au Bonjour Québec. Je ne me rappelle pas avoir été aussi content d’avoir terminé sixième à Montréal.

C’est le pilote de Saskatoon, Thomas Mc Gregor, qui a remporté l’épreuve devant son coéquipier l’Américain Jack Mitchell. Le pilote de Vancouver Scott Hargrove, parti 14ème, complète le podium devant le Torontois Dalton Kellett et Olivier Bonnet, le meilleur des Québécois en 5ème place.

Les positions de départ pour la course de dimanche étaient déterminées par le meilleur chrono dans la première épreuve du samedi. Malheureusement les retardataires rencontrés dans les derniers tours ne nous ont pas permis d’enregistrer un bon tour alors que la piste s’asséchait.

On s’est donc retrouvé encore un peu loin, soit huitième, pour le course du dimanche matin.

Le soleil était au rendez-vous pour cette deuxième épreuve pour le Formula Tour 1600 qui fut retardé en raison d’une réparation à un rail de sécurité endommagé lors de la course de CTCC en ouverture de programme.

C’est finalement avec plus d’une demi-heure de retard qu’on a lancer l’épreuve rapidement neutralisé par la voiture de tête après un incident dans le Senna. Je m’en voulais de ne pas avoir été assez agressif car une ouverture s’était créée à l’entrée du Senna mais j’ai été un peu trop prudent.

Mitchell et Mc Gregor se sont éclipsé à nouveau et la lutte pour la troisième place du podium allait se faire à quatre. La voiture allait super bien mais devant moi Jesse Lazare, Tristan DeGrand et Michel Bonnet s’en donnait à cœur joie. Nous étions tous les quatre dans un mouchoir de poche, mais il est difficile de doubler quand c’est deux ou parfois trois de large sur la piste.

J’essayais tant bien que mal de passer en m’intercalant ou en tentant de me laisser un peu d’espace pour mieux sortir des chicanes mais soit que je me faisais tasser dans le gazon ou que je me retrouvais devant un mur de voiture.

Comme la F1 exige que le circuit soit vierge au moins deux heures avant la course notre épreuve a été écourtée. Malheureusement je n’ai pas vu le signal du dernier tour.

Mon équipe m’avait indiqué 6 minutes à faire au tour précédent et je croyais avoir encore pouvoir jouir de deux tours quand le damier est tombé après un peu plus de 17 minutes  au lieu des 20 annoncées. Initialement la course devait durer une demi-heure.

Je ne dis pas que je serais monté sur le podium mais disons que je suis resté sur mon appétit. Ce n’est pas toujours payant d’être stratégique».

C’est Jesse Lazare qui a remporté cette bataille à quatre pour terminer sur le podium six secondes derrière Thomas McGregor et Jack Mitchell. En quatrième c’était Tristan DeGrand suivi de Michel Bonnet et de Didier Schraenen à seulement 56 centièmes de seconde du podium.

Grâce à sa constance, Didier se retrouve quatrième au classement général après quatre courses derrière Mc Gregor, Mitchell et Bonnet. Tristan DeGrand complète le top 5.

« J’ai maintenant repris confiance. Disons que cette dernière a été passablement ébranlée à Tremblant où nous nous sommes présenté un peu rouillé. À voir la détermination qu’affichait aussi Michel Bonnet et Duncan Murdoch ce week-end, je peux vous dire que les jeunes n’ont qu’à bien se tenir, les quinquagénaires n’ont pas dit leur dernier mot.

En terminant je tiens encore à remercier mon équipe. Malgré ces résultats mitigés ils sont derrière moi à 100% et ma motivation est plus grande que jamais. Mon châssis CMV et mon moteur Mécar sont extrêmement bien préparés et me permettent de me battre à arme égale avec la plupart de mes adversaires.

McGregor et Mitchell sont dans une classe à part. Mettre 19 secondes au troisième et 30 secondes, soit près de deux secondes au tour à Olivier Bonnet qui a gagné cinq fois à Montréal relève de l’exploit. Je leur lève mon chapeau et je m’incline bien bas.

Je tiens aussi à offrir mes condoléances aux parents et amis de Mark Robinson, le travailleur de piste décédé dans un accident bête après le Grand Prix.

J’essais toujours de saluer ces derniers après une course car j’admire le travail qu’ils font et les longues heures de bénévolats qu’ils donnent par passion pour le sport qui nous tient tellement à cœur.

J’avoue que des fois je ne le fais pas quand je suis frustré ou déçu après une course qui n’a pas bien été. Cette tragédie met en perspective la fragilité de la vie et tous les problèmes rencontrés au cours de ce week-end. J’ai été très ébranlé par cette nouvelle.

Je tiens aussi à remercier tous ceux qui sont venus nous encourager et nous ont manifesté leur soutien. Ce fut un plaisir de vous divertir. À l’année prochaine au circuit Gilles-Villeneuve, si Dieu le veut, ou peut-être avant, à ICAR, pour un autre programme double du Formula Tour 1600 présenté les 6 et 7 juillet prochain dans le cadre du GP de Mirabel. »

Didier Schraenen est soutenu par NRJ, la radio de tous les hits, RDS le Réseau des Sports, le Groupe STCH qui se spécialise dans le transport, la logistique et l’entreposage, les concessionnaires Chrysler, Jeep, Dodge et Ram du Québec et Yamaha moteur du Canada. Didier compte aussi sur l’appui de Lettram Design plus, Motul LubriSpec, Fix Auto St-Hyacinthe, les Camions Granby, Transports Guy Mahoney, les casques Shark, SH Karting et les vêtements BODYHYPE.

source: Équipe NRJ STCH Dodge Yamaha RDS – DS