«

»

Déc 10

Subaru Outback 2018: De la neige SVP !

Subaru Outback Tourisme 3.6R 2018: Pour célébrer l’essentiel de l’intégrale

 

2017-12-04_0002Lors de mon essai de la magnifique Subaru Impreza 2018  il y a quelques semaines, j’avais mentionné dans ma conclusion que je me souhaitais une belle tempête de neige pour mon premier essai de l’Outback déjà cédulé pour le début de décembre.

Pas de chance encore cette année en ce début de décembre, du moins dans la région immédiate de Laval  où le paysage est toujours brun-drabe sans un seul minime cm de neige au sol , encore moins  la bonne tempête souhaitée. En prenant possesion de la fameuse Subaru Outback Tourisme 3.6 litres  grise magnétite métallisée, j’ai été tenté de grimper voir sur la Côte-Nord où il paraît que l’hiver est déjà bien en place pour voir de la neige. Malheureusement, je ne suis pas encore en vacances des Fêtes.

Tout comme sa soeur, la berline Legacy, l’Outback 2018 reçoit plusieurs améliorations à peine perceptibles sauf pour les vrais connaisseurs de la marque par rapport à la version 2017.

2017-12-04_0036

On remarque d’abord de nouveaux pare-chocs, une nouvelle calandre avec des phares redessinés à feux DEL.

Pour une rare fois avec les voitures d’essais routier aux chroniqueurs par les manufacturiers qui  proposent  habituellement les modèles haute de gamme , la voiture d’essai  de cette semaine est la version   Tourisme 5 portes de base de la gamme proposant  une silhouette  de type familiale sans tous les gadgets des autres versions Limited, Premier avec EyeSight en option.

Bien entendu, la différence est notable au bas de la facture puisque la version Tourisme avec le moteur Boxer 3.6 Litre  de 256 chevaux est proposée à  35,795$  tandis que la plus dispendieuse  la version Limited avec EyeSight exige un déboursé de 44,035$ avant les  frais de préparation et taxes.

L’Outback est également disponible avec la motorisation 2,5 litres de 175 chevaux et 174 li/pi de couple. Les versions 2018 ne sont plus plus disponibles  avec les boites manuelles disparues du catalogue. La seule boite offerte pour toutes les versions est la CVT à 7 rapports avec palettes au volant pour ceux qui préfèrent une conduite plus sportive.

 Première impression :

La première chose remarquable avec l’Outback est que  c’est simplement la version familiale 5 portes haute sur pattes de la berline Legacy.

2017-12-04_0008

Faut  l’observer de côté pour voir la différence puis la grille est identique sur les deux versions. À noter également  la version Tourisme propose des jantes en alliage d’aluminium à 10 rayons de 17 pouces tandis que les Limited sont équipées de jantes  de 18 pouces.

2017-12-04_0040

La voiture d’essai est déjà préparée pour l’hiver avec ses pneus Pirelli  Ice Zero 225/ 65 R17. Rien de nouveau à rapporter concernant le comportement routier de l’Outback toujours aussi confortable, sécuritaire et performante lors que le besoin de l’intégrale est de mise ce qui n’a pas été le cas pour ma semaine d’essai. Les 256 chevaux sont plus que nécessaire pour assurer des entrées d’autoroutes et dépassements sans hésitation.

2017-12-04_0021

L’habitacle de la version Tourisme est bien conçue et offre amplement d’espace pour les passagers autant en avant avec les sièges recouverts de tissu  très confortables de belle qualité  et cuirette avec  surpiquées en gris pâle

Les places arrières  diivisées 60/40  sont également spacieuses et confortables tout en laissant un espace cargo très raisonnable.

2017-12-04_0024

Selon moi, pour une familiale intermédiaire, l’espace au coffre est très intéressant même avec la deuxième rangée de sièges utilisée.

2017-12-04_0025

Enfin, Subaru a totalement révisé le système d’infodivertissement avec écran tactile en plus d’un deuxième sur le tableau de bord pour plus informations sur la consommation en temps réel.

2017-12-04_0017

2017-12-04_0018

Avec une connectivité beaucoup plus conviviale que par le passé cette fois, j’ai pris moins de 30 secondes pour jumeler mon cellulaire à ma grande satisfaction avec le systême mains libres très efficace d’usage avec les boutons très bien placés du coté gauche du volant .

2017-12-04_0029

Avec l’ajustement du siège du conducteur à réglages électriques et des miroirs pour m’assurer une position confortable et je suis prêt à rentrer à la maison.

2017-12-04_0014

J’ai aussi apprécié la petite fenêtre typique à Subaru en triangle positionnée devant le miroir extérieur  facilitant la la vue aux intersections de type boulevard.

Sans être une bombe comme la WRC STI , l’IOutback exploite très bien le moteur Boxer à 4 cylindres 3,6 litres à plat qui génère 256 chevaux via la boîte CVT Lineartronic à variation continue de la voiture d’essais.

2017-12-04_0033

Selon moi, les 175 chevaux  de la version 2,5 lt. du réputé moteur BOXER  4 cylindres opposés horizontalement  à double arbre à cames en tête (DACT) sont également une bonne option  à considérer avec  assez de puissance pour rendre la conduite agréable pour la majorité de la clientèle cible de ce segment tout en offrant une  économie appréciable à la pompe.

2017-12-04_0016

Enfin, le  tableau de bord est simple. facile et agréable de consultation avec une variété d’information facile à visionner en utilisant la petite manette située sur le coté gauche de la colonne du volant, une très bonne idée et option à mon goût.

Essai routier

En conduite à la *vitesse raisonnable tolérée* sur les routes du Québec  l’Outback est très à l’aise . J’ai également fait la découverte de la robustesse  du chassis dans certaines entrées serrées où je me suis permis quelques bons tests de tenue de route même en pneus d’hiver…C’est franchement impressionnant pour ce type de véhicule à vocation plus familiale que sportive.

Avec le parcours de la semaine principalement composé de kilométrage en ville, c’est surtout avec les fastidieux exercices pour trouver un stationnement adéquat à l’intérieur d’un demi-kilomètre de la porte d’entrée des grandes surfaces à prix réduits où madame devait faire quelques emplettes des fêtes que j’ai eu l’opportunité de jouer du volant entre les allées serrées.

Avec de très nombreux arrêts et départs en circulation j’ai eu droit à une autre très belle constatation pour le portefeuille en faisant le plein avant de rapporter la voiture à bon port.

À toute fin pratique, c’est avec un simple aller-retour à St-Jérôme que la conduite sur autoroute m’a fait réalisé comme cette Subaru est silencieuse à plus grande vitesse.

Ma seule vraie déception: L’absence de la première vraie tempête de neige de la saison 2017-2018.

Fiche technique :

 

Modèle à l’essai Subaru Outback
Version à l’essai Subaru Outback Tourisme 3.6R – 5 portes
Puissance 256 chevaux à 6000 tr/min
Couple 247 li/pi à 4000tr/min
Fourchette de prix De 31,132$ à 44,035$
Prix du modèle à l’essai 35,795$
Boite de vitesse CVT Lineartronic 7 rapports à variation continue
Garantie du groupe motopropulseur 5 ans / 100,000 km
Consommation (ville/autoroute) 11,5 litres au 100km (moyenne de la semaine)
Options disponibles Option technologie incluse au modèle d’essai
Concurrents Hyundai Santa Fe, Kia Sorento, Mitsubishi Outlander

Nissan Murano, Toyota Venza, entre autres…

 

Mes notes  sur un maximum de 10:

 

Confort avant 8
Confort arrière 7.5
Rangement 8
Apparence générale 8
Performance 7 ( peu puissante à bas régime)
Équipement 8 –  version Tourisme de base
Consommation moyenne 8 ( 11.5 litres au 100km )
Prix du modèle d’essais 7
Comportement routier 7.5
Appréciation de l’essai routier 8.5
MOYENNE GÉNÉRALE 7.75

 

Conclusion :

La Subaru Outback Tourisme  5 portes est une excellente voiture familiale qui mériterait une plus grande reconnaissance et surtout un plus grand marché chez-nous où l’hiver dure habituellement quelques mois .

Espérons pour Subaru que cette nouvelle livrée 2018 pourra faire mieux, elle le mérite.

À un peu plus de 35,000$ pour une 5 portes  familiale  aussi luxueuse et bien équipée  dans sa version de base, L’Outback  Tourisme est,  selon moi, une des voitures offrant le meilleur rapport qualité/prix chez les tractions intégrales offertes sur le marché Canadien.

Plus j’ai le privilège de conduire les différentes versions Subaru, plus je deviens *ACCRO*  à la marque. Que voulez-vous que j’ajoute : J’aime ça moi conduire  une Suburu peu importe le modèle, ce n’est pas de ma faute, je suis qui je suis…

2017-12-04_0003

Subaru et moi sommes sur la même longueur d’onde, c’est aussi simple que ça !

2017-12-04_0009

 

Michel Flageole, Flagworld.com

 

Share